Podcasts sur l'histoire

Parc Keith Rodney, 1892-1975

Parc Keith Rodney, 1892-1975



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Parc Keith Rodney, 1892-1975

Sir Keith Park (1892-1975) est surtout connu comme le commandant du groupe No.11 dans le sud-est de l'Angleterre pendant la bataille d'Angleterre, mais il a également joué un rôle majeur dans l'évacuation de Dunkerque, la défense réussie de Malte et l'offensive britannique et du Commonwealth en Birmanie en 1945.

Park est né à Thames, en Nouvelle-Zélande, en 1892, fils du directeur de la Thames School of Mines. Au début de sa vie, Park s'est formé à l'exploitation minière, avant d'aller en mer comme commissaire de bord. En 1914, il se porte volontaire pour rejoindre l'artillerie. En 1915, il faisait partie du corps expéditionnaire néo-zélandais à Gallipoli, où il remporta une commission régulière. Il se rend ensuite en France, combat sur la Somme en 1916. Il est grièvement blessé dans la Somme et sert quelque temps à l'arsenal de Woolwich, avant de rejoindre le RFC en 1917. Il connaît un succès immédiat dans son nouveau service, passant au commandant du No.48 Squadron et remportant le MC et le Barreau en 1917. Il fut ainsi l'un des membres fondateurs de la RAF.

En avril 1940, Park reçut le commandement du No.11 Fighter Group, basé autour de Londres. Park disposait de seize escadrons Hurricane et Spitfire lors des évacuations de Dunkerque, soit environ 200 avions. Ses avions opéraient vers les limites extérieures de leur rayon d'action au-dessus de Dunkerque et ne pouvaient rester au-dessus des plages que quarante minutes avant d'être contraints de retourner à la base pour faire le plein. Cela signifiait qu'il ne pouvait mettre qu'un escadron à la fois sur les plages, et les efforts de la RAF n'étaient pas reconnus à l'époque par les troupes assiégées sur les plages (une des raisons en était peut-être la difficulté à distinguer les Britanniques des Allemands combattants dans des circonstances aussi stressantes - avec des artilleurs antiaériens navals tirant régulièrement sur des Hurricanes et des Spitfires, on peut pardonner aux troupes de ne pas se rendre compte que les combattants britanniques étaient au-dessus de leur tête). Bien sûr, Park n'était pas responsable du nombre d'avions à sa disposition - cette décision a été prise par Sir Hugh Dowding, qui n'était pas disposé à risquer d'exposer davantage de ses précieux escadrons de chasse au-dessus du continent. Park lui-même a fait voler son propre Hurricane au-dessus de Dunkerque à plusieurs reprises.

Park a changé de tactique le 29 mai. Jusque-là, il avait opéré sur le principe qu'il devait y avoir à tout moment un escadron de chasseurs au-dessus de Dunkerque. Cela signifie que la RAF était toujours en infériorité numérique, et donc à partir du 29 mai, Park opéra en plus grande force mais moins souvent, mettant en place des patrouilles de quatre escadrons. Cela signifiait que la Luftwaffe avait moins de succès alors que la RAF était présente (pendant onze des dix-sept heures de clarté le 29 mai), mais a pu opérer en grande partie sans opposition pendant les interruptions. Au cours des neuf jours de combat au-dessus de Dunkerque Fighter Command a effectué 2 739 sorties, perdant 99 appareils dont 42 Spitfire.

En juillet, Park a été promu vice-maréchal de l'air. Au cours du même mois, il s'efforça également d'améliorer le service de sauvetage air-mer, en faisant opérer des Lysander aux côtés des vedettes et autres embarcations fournies par le vice-amiral commandant à Douvres. Au début de la bataille d'Angleterre, Park avait été introduit dans le petit cercle des commandants supérieurs qui étaient au courant de l'Ultra secret - la rupture du code énigmatique de l'Allemand, rejoignant Dowding.

Park a joué un rôle clé dans la mise en œuvre du 'Dowding system'. Dowding lui-même, depuis son quartier général à Bentley Priory, était au cœur du système. La salle des opérations de Bentley Priory était la seule à montrer l'ensemble de la situation au Royaume-Uni. La propre salle des opérations de Park, à Uxbridge, a montré la situation dans son propre groupe et dans celui de ses voisins. Park contrôlait les tactiques que ses escadrons utiliseraient, mais le contrôle heure par heure de la bataille était assuré par les contrôleurs de secteur. Ces officiers relativement subalternes étaient les hommes qui mettaient les escadrons en l'air et décidaient où les envoyer.

Au cours de la bataille, Park a publié une série de 35 instructions à ses escadrons. Ceux-ci nous donnent une idée très claire de la vision de Park sur la bataille et de son développement. De l'instruction n°4 du 19 août, nous apprenons que Park pensait que ses escadrons devraient se concentrer sur la destruction des bombardiers ennemis, en évitant autant que possible les combats entre chasseurs. Le même document comprend également des instructions selon lesquelles le groupe n°12 devrait être invité à effectuer des patrouilles au-dessus de Debden, North Weald et Hornchurch si tous les escadrons du groupe n°11 avaient décollé. Cela a conduit à la controverse « Big Wing » - Leigh-Mallory, commandant du groupe n°12, voulait engager l'ennemi avec des formations plus importantes composées de plusieurs escadrons, ce que Park avait rarement le temps de réaliser. Ces « grandes ailes » pouvaient être très utiles si elles arrivaient où et quand elles étaient nécessaires, mais malheureusement elles arrivaient souvent en retard, ou sous le commandement de Douglas Bader s'impliquaient dans une autre partie de la bataille. Park est devenu de plus en plus en colère contre Leigh-Mallory chaque fois que le groupe n ° 12 n'a pas réussi à empêcher un bombardement sur l'un des aérodromes de Park, tandis que Leigh-Mallory a estimé qu'on ne lui avait pas demandé de l'aide assez tôt.

Park a dû faire face à une série de changements dans la tactique allemande. Au début, ils volaient avec leurs bombardiers bas et leurs chasseurs haut. Cela a donné aux chasseurs le plus de flexibilité, mais Park a fait face en ordonnant à ses escadrons de se séparer, la moitié retenant les chasseurs et l'autre moitié attaquant les bombardiers. Cette tactique est si efficace qu'à partir du 16 août, les Allemands rapprochent leurs chasseurs des bombardiers. À partir du 24 août, les Allemands effectuent des patrouilles permanentes au-dessus du détroit de Douvres, ce qui rend plus difficile la détection de véritables raids. Park a répondu à cette tactique avec le système "Tally Ho" dans lequel les chefs d'escadron dans les airs transmettaient par radio des informations sur la trajectoire, la hauteur et la taille des formations ennemies à leurs salles de contrôle pour permettre de créer une image plus précise. Octobre a vu l'avènement des raids de chasseurs-bombardiers avec délit de fuite utilisant un petit nombre d'avions. Cela a forcé Park à adopter ses propres patrouilles permanentes.

La controverse sur la «grande aile» a finalement conduit à une conférence sur les «Tactiques du jour majeur» qui s'est tenue le 17 octobre à laquelle Park, Dowding et Leigh-Mallory étaient tous présents. Lors de cette réunion, il a apparemment été décidé d'autoriser les « ailes » du groupe n°12 à opérer librement sur la zone du groupe n°11, les deux groupes étant coordonnés par le QG du Fighter Command.

Le 24 novembre, Dowding est remplacé en tant que commandant en chef du Fighter Command par Sholto Douglas. Le temps de Park au groupe n°11 était désormais clairement limité et il a été remplacé par Leigh-Mallory le 18 décembre. Il y avait aussi le sentiment que Park était épuisé après une période de pression incessante qui avait duré fin mai, et aussi que d'autres hommes seraient mieux adaptés à la bataille plus offensive actuellement planifiée.

La carrière de Dowding ne s'est jamais remise de son retrait du Fighter Command, mais Park a continué à servir avec une grande distinction dans un certain nombre de postes. Sa première nomination était de commander le groupe d'entraînement n°23, où son expérience était inestimable. À l'automne 1941, il reçut un commandement outre-mer, devenant officier de l'air commandé en Égypte. Le 15 juillet 1942, il est de nouveau déplacé et devient AOC Malte. Cela signifiait qu'une fois de plus, il commandait une bataille défensive désespérée, bien qu'il soit arrivé après la fin du pire du siège. L'un des premiers gestes de Park à son arrivée à Malte a été de modifier les tactiques de combat utilisées. Le faible taux de montée des avions plus anciens sur Malte signifiait que la tactique standard lorsqu'un raid était détecté était que les chasseurs se dirigent vers le sud, loin du raid, pour gagner de l'altitude avant de rebrousser chemin vers le nord pour intercepter l'avion allemand ou italien. Cela signifiait que la plupart des raids de l'Axe avaient réussi à atteindre l'île. Park s'est rendu compte que les nouveaux Spitfires à sa disposition signifiaient que cela pouvait être abandonné, et il a ordonné à ses combattants de se diriger vers le nord après avoir décollé et de grimper vers leurs adversaires. Cela signifiait que davantage de batailles aériennes avaient lieu au-dessus de la mer, mettant davantage à rude épreuve le service de sauvetage air-mer, mais réduisait également le nombre de bombes tombées sur Malte.

En août, Park a joué un rôle dans la défense de l'opération Pedestal, le mouvement d'un important convoi de Gibraltar à Malte. Il a reçu 100 nouveaux avions, lui donnant un total de 250 pour la bataille à venir. Certains de ces avions ont été utilisés pour bombarder des avions de l'Axe sur la Sicile, tandis que ses Spitfires et Beaufighters ont fourni une couverture de combat autour du convoi. Bien que seulement cinq des quatorze navires marchands du convoi aient atteint Malte, les fournitures qu'ils transportaient ont donné un coup de pouce vital à l'île, tout en permettant à la marine de reprendre ses opérations.

La dernière grande bataille défensive de Park est survenue après la dernière avance de Rommel, qui s'est terminée à El Alamein. Des avions basés à Malte ont attaqué les convois de ravitaillement de l'Axe et ont pu effectuer quinze sorties de bombardiers par semaine. Après l'échec de la dernière offensive de Rommel fin août, les Alliés commencèrent à se préparer à leur propre attaque. À la veille de la bataille d'El Alamein, le parc comptait huit escadrons à Malte sur un total de quatre-vingt-seize escadrons alliés opérationnels au Moyen-Orient, mais la position de l'île signifiait qu'elle jouait toujours un rôle majeur dans les convois de ravitaillement de l'Axe perturbés.

Après la victoire du parc d'El Alamein, les forces du parc passent fermement à l'offensive, prenant part aux combats en Tunisie et à l'invasion de la Sicile. Dans les mois qui ont précédé cette deuxième campagne, Park a dirigé l'effort de construction d'aérodromes supplémentaires, d'installations radar et de salles de contrôle sur Malte, y compris la salle de guerre combinée à partir de laquelle le général Alexander a commandé l'invasion. Au moment où l'invasion a eu lieu, il y avait quarante escadrons de combattants uniquement basés sur Malte, Gozo et Pantelleria (pas tous commandés par Park).

Le 14 janvier 1944, Park est promu commandant en chef de la RAF en Méditerranée et au Moyen-Orient, en remplacement de Sholto Douglas. Il a occupé ce poste pendant un peu plus d'un an. En novembre 1944, Sir Trafford Leigh-Mallory a été nommé commandant en chef de l'Air en Asie du Sud-Est sous Mountbatten, mais il a été tué dans un accident d'avion dans les Alpes françaises alors qu'il se rendait à son nouveau poste. Park fut nommé pour le remplacer et arriva en Extrême-Orient pour prendre le commandement le 23 février 1945. C'était une tâche très différente des anciennes commandes de première ligne de Park, qui avaient été en grande partie défensives. Les principales responsabilités de son nouveau commandement étaient de transporter jusqu'à 2 000 tonnes de ravitaillement par jour aux armées qui avançaient en Birmanie et de fournir une couverture agressive de chasseurs-bombardiers sur le champ de bataille.

Park a pris sa retraite avec le grade de maréchal en chef de l'Air en 1946 et est retourné en Nouvelle-Zélande, où il est mort en 1975. Pendant de nombreuses années, son rôle dans la bataille d'Angleterre était peu connu, mais ces dernières années, son importance a été de plus en plus reconnue, et dans En 2010, une statue permanente a été dévoilée à Waterloo Place, à Londres, en direction de New Zealand House.


Parc Keith Rodney, 1892-1975 - Histoire

Sir Keith Rodney Park, fils d'un géologue écossais et passionné d'armes à feu et d'équitation, a rejoint l'armée en tant que soldat territorial dans l'artillerie de campagne néo-zélandaise.
Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il participe au débarquement à Gallipoli en avril 1915. En gravissant les échelons, il rejoint la Royal Horse and Field Artillery et participe à la bataille de la Somme. Ici, il a appris la valeur de la reconnaissance aérienne, notant la manière dont les avions allemands étaient capables de repérer l'artillerie alliée pour les tirs de contrebatterie et d'avoir un avant-goût du vol en étant pris en l'air pour vérifier le camouflage de sa batterie. Le 21 octobre 1916, Park est éjecté de son cheval par un obus allemand. Blessé, il a été évacué en Angleterre et classé "inapte au service actif", ce qui signifiait techniquement qu'il était inapte à monter à cheval. Après une brève période de convalescence, il rejoint le Royal Flying Corps (RFC) en décembre 1916.
Après un passage en tant qu'instructeur, il fut affecté en France et réussit une affectation pour rejoindre le No. 48 Squadron, le 7 juillet 1917. En une semaine, l'escadron s'installa à l'aérodrome Frontier juste à l'est de Dunkerque. Park a rapidement remporté des succès contre les combattants allemands, remportant, le 17 août, la Croix militaire pour avoir abattu un, deux « hors de contrôle » et endommagé un quatrième ennemi lors d'une sortie. Il est promu capitaine temporaire le 11 septembre.
Après une interruption de vol, il retourne en France en tant que major pour commander le 48e Escadron. À la fin de la guerre, il avait obtenu une barrette de sa Croix militaire, de la Distinguished Flying Cross et de la Croix de guerre française. Son décompte final de réclamations d'avions était de cinq détruits et 14 (et un partagé) "hors de contrôle".

Entre-deux-guerres
Après la guerre, Park a reçu une commission permanente en tant que capitaine dans la Royal Air Force et lorsque les nouveaux grades d'officier de la RAF ont été introduits en 1919, Park est devenu lieutenant d'aviation. Il a servi comme commandant d'escadrille au 25e escadron de 1919 à 1920 avant de devenir commandant d'escadron à la School of Technical Training. En 1922, il est sélectionné pour fréquenter le tout nouveau Collège d'état-major de la RAF. Plus tard, Park a commandé des stations de la RAF et a été instructeur avant de devenir officier d'état-major du maréchal en chef de l'air Sir Hugh Dowding en 1938.

Deuxième Guerre mondiale
Promu au grade de vice-maréchal de l'Air, Park prend le commandement du n°11 Group RAF, responsable de la défense des chasseurs de Londres et du sud-est de l'Angleterre, en avril 1940. Il organise des patrouilles de chasseurs au-dessus de la France lors de l'évacuation de Dunkerque et de la bataille d'Angleterre. son commandement a pris le poids des attaques aériennes de la Luftwaffe. En pilotant son Hawker Hurricane personnalisé autour de ses aérodromes de chasse pendant la bataille, Park s'est forgé une réputation de tacticien avisé avec une compréhension astucieuse des questions stratégiques et de commandant « pratique » populaire. Cependant, il s'est retrouvé mêlé à un différend acrimonieux avec le vice-maréchal de l'Air Trafford Leigh-Mallory, commandant du 12e Groupe. Leigh Mallory, déjà jaloux de Park pour avoir dirigé le groupe clé 11 alors que le groupe 12 devait défendre les aérodromes, a échoué à plusieurs reprises à soutenir Park. Le caractère irritable de Park par la suite lors de la controverse sur la Big Wing a contribué à sa destitution et à celle de Dowding à la fin de la bataille, montrant que les arguments de Leigh-Mallory avaient la sympathie des échelons supérieurs de la RAF. Park devait être amer à ce sujet pour le reste de sa vie.
Il a été envoyé au commandement de l'entraînement. Plus tard, en février 1947, Lord Tedder, alors chef de la Royal Air Force, déclara de lui : « Si un homme a gagné la bataille d'Angleterre, il l'a fait. Je ne crois pas qu'on se rende compte à quel point cet homme, avec son leadership, son jugement calme et son habileté, ont fait pour sauver, non seulement ce pays, mais le monde." L'un des meilleurs as de l'aviation alliée de la guerre, Johnnie Johnson, a déclaré à propos de Park "Il était le seul homme qui aurait pu perdre la guerre en une journée ou même en un après-midi". Un autre as qui a combattu dans la bataille d'Angleterre, le pilote de la RAF Douglas Bader, a déclaré que « l'immense responsabilité de la survie de ce pays reposait entièrement sur les épaules de Keith Park. L'histoire militaire britannique de ce siècle s'est enrichie des noms de de grands combattants néo-zélandais, de tous grades et dans chacun de nos services. Le nom de Keith Park est gravé dans l'histoire aux côtés de ceux de ses pairs."
Janvier 1942 Park se rend en Égypte en tant qu'officier commandant de l'Air, où il construit la défense aérienne du delta du Nil. En juillet 1942, il est revenu à l'action, commandant la défense aérienne vitale de Malte. De là, ses escadrons participèrent aux campagnes d'Afrique du Nord et de Sicile.
En juin 1944, il est considéré par le gouvernement australien comme commandant de la RAAF, en raison de la rivalité entre le chef nominal, le chef d'état-major de l'air, le vice-maréchal de l'air George Jones et son adjoint le chef opérationnel, le vice-maréchal de l'air William Bostock, mais le général Douglas MacArthur a dit qu'il était trop tard dans la guerre pour changer. En novembre 1944, son adversaire de la bataille d'Angleterre, Leigh-Mallory, est tragiquement tué alors qu'il se rend en Extrême-Orient pour occuper le poste de commandant de l'aviation alliée en Asie du Sud-Est. Ironiquement, la personne choisie pour le remplacer était Keith Park. En février 1945, Park est nommé commandant de l'aviation alliée en Asie du Sud-Est, où il sert jusqu'à la fin de la guerre.

Évaluations
Il a pris sa retraite et a été promu Air Chief Marshal le 20 décembre 1946 et est retourné en Nouvelle-Zélande, où il a assumé un certain nombre de rôles civiques et a été élu au conseil municipal d'Auckland. Il a vécu en Nouvelle-Zélande jusqu'à sa mort le 6 février 1975, à l'âge de 82 ans.
Sir Keith Park est commémoré par le Sir Keith Park Memorial Airfield, Auckland, Nouvelle-Zélande. Le gardien de la porte est une réplique du Hawker Hurricane de Park.
Le 8 mai 2009, le conseil municipal de Westminster (Londres) a accepté d'ériger une statue de Park en reconnaissance de son travail en tant que commandant du groupe n°11 pendant la bataille d'Angleterre à Trafalgar Square.


Prendre l'avion

Transférée sur le front occidental, l'unité de Park a participé à une vaste action pendant la bataille de la Somme. Au cours des combats, il en est venu à apprécier la valeur de la reconnaissance aérienne et du repérage d'artillerie, et a volé pour la première fois. Le 21 octobre, Park a été blessé lorsqu'un obus l'a jeté de son cheval. Envoyé en Angleterre pour se rétablir, il est informé qu'il est inapte au service militaire car il ne peut plus monter à cheval. Ne voulant pas quitter le service, Park a postulé au Royal Flying Corps et a été accepté en décembre. Envoyé à Netheravon dans la plaine de Salisbury, il apprit à voler au début de 1917 et servit plus tard comme instructeur. En juin, Park reçut l'ordre de rejoindre le 48e Escadron en France.

Pilotant le biplace Bristol F.2 Fighter, Park connut rapidement le succès et obtint la Croix militaire pour ses actions le 17 août. Promu capitaine le mois suivant, il obtint plus tard l'avancement au grade de major et de commandement de l'escadron en avril 1918. les derniers mois de la guerre, Park a remporté une deuxième Croix militaire ainsi qu'une Distinguished Flying Cross. Crédité d'une vingtaine de victoires, il a été sélectionné pour rester dans la Royal Air Force après le conflit avec le grade de capitaine. Cela a été modifié en 1919 lorsque, avec l'introduction d'un nouveau système de grades d'officier, Park a été nommé lieutenant d'aviation.


Air Chief Marshal Sir Keith Park (1892 - 1975)

Responsable des décisions heure par heure du 11 groupe, le Néo-Zélandais Keith Park incarne le rôle joué par ceux du Commonwealth et d'autres pays alliés aux côtés des forces britanniques pour sauver la nation de l'invasion

Responsable des décisions heure par heure du 11 groupe, le Néo-Zélandais Keith Park incarne le rôle joué par ceux du Commonwealth et d'autres pays alliés aux côtés des forces britanniques pour sauver la nation de l'invasion

Les sujets. Ce mémorial est répertorié dans cette liste de sujets : Guerre, Monde II. Une date historique importante pour cette entrée est le 15 septembre 2010.

Emplacement. 51° 30.401′ N, 0° 7.953′ W. Marker se trouve dans la ville de Westminster, en Angleterre, dans le comté du Grand Londres. Memorial est à l'intersection de Waterloo Place et Pall Mall, sur la gauche lorsque vous voyagez vers le nord sur Waterloo Place. Touchez pour la carte. Marker se trouve à cette adresse postale ou à proximité : 107 Pall Mall, City of Westminster, England SW1Y 5ER, United Kingdom. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 8 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Franklin (à une distance de cris de ce marqueur) Robert Falcon Scott (à une distance de cris de ce marqueur) John Fox Burgoyne (à une distance de cris de ce marqueur) John First Lord Lawrence (à une distance de cris de ce marqueur) P&O (à une distance de cris de ce marqueur) marqueur) Colonne du duc d'York (à portée de voix

de ce marqueur) Brigade of Guards (à distance de cri de ce marqueur) William Ewart Gladstone (à environ 90 mètres, mesurés en ligne directe). Touchez pour obtenir une liste et une carte de tous les marqueurs de la ville de Westminster.

Regarde aussi . . .
1. Parc Keith (Wikipédia). Air Chief Marshal Sir Keith Rodney Park, GCB, KBE, MC & Bar, DFC (15 juin 1892 - 6 février 1975) était un soldat néo-zélandais, as de l'aviation de la Première Guerre mondiale et commandant de la Royal Air Force pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a assuré le commandement opérationnel lors de deux des batailles aériennes les plus importantes sur le théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale, aidant à gagner la bataille d'Angleterre et la bataille de Malte. En Allemagne, il était censé être connu comme « le défenseur de Londres ». (Soumis le 5 décembre 2017.)

2. Sir Keith Park (Campagne commémorative de Sir Keith Park). (Soumis le 5 décembre 2017.)
3. Bataille d'Angleterre (Wikipédia). La bataille d'Angleterre (en allemand : Luftschlacht um England, littéralement « la bataille aérienne pour l'Angleterre ») était une campagne militaire de la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle la Royal Air Force (RAF) a défendu le Royaume-Uni (UK) contre les attaques de l'armée de l'air allemande (Luftwaffe). Il a été décrit comme le premier grand


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Keith Rodney Park est né à Thames, en Nouvelle-Zélande, d'un père écossais et d'une mère anglaise. Son père était géologue et travaillait pour une société minière. Il a fréquenté le King's College d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, jusqu'en 1906, puis a fréquenté l'Otago Boys' High School à Dunedin, en Nouvelle-Zélande, où il a servi dans les cadets. Il a ensuite rejoint l'armée néo-zélandaise en tant que soldat territorial dans l'artillerie de campagne. En 1911, il prend la mer en tant que commissaire de bord à bord de navires à vapeur pour charbonniers et passagers, ce qui lui vaut le surnom familial de Skipper.

ww2dbase Au début de la Première Guerre mondiale, Park s'est porté volontaire pour servir dans l'armée néo-zélandaise et a rejoint un bataillon d'artillerie. En tant que sous-officier, il participa au débarquement à Gallipoli en avril 1915, débarquant à Anzac Cove. En juillet 1915, il reçoit une commission sur le terrain, étant donné le grade de sous-lieutenant. Le mois suivant, il commande un bataillon d'artillerie lors de l'attaque de la baie de Suvla. À cette époque, il a changé d'allégeance en passant de l'armée néo-zélandaise à l'armée britannique et a obtenu un poste dans la Royal Horse and Field Artillery. En janvier 1916, il est évacué de Gallipoli. Après Gallipoli, son bataillon est envoyé en France pour la bataille de la Somme, où il apprend l'importance de la reconnaissance aérienne. Le 21 octobre 1916, il est arraché de son cheval par un obus allemand. Il a été évacué en Grande-Bretagne, où un médecin l'a déclaré inapte au service actif. Ne voulant pas rester en dehors de la guerre, il rejoint le Royal Flying Corps en décembre 1916.

ww2dbase Avec le Royal Flying Corps, Park devient instructeur entre mars et juin 1917. Le 7 juillet, il est affecté au No. 48 Squadron en France. Le 17 août, il a reçu la Croix militaire pour avoir abattu un avion allemand et endommagé trois autres. Le 11 septembre, il est promu au grade de capitaine en temps de guerre. Il fait une courte pause au combat, au cours de laquelle il est promu au grade de major, avant de revenir en France pour commander la 48e Escadrille. À la fin de la Première Guerre mondiale, il a reçu la Distinguished Flying Cross et la Croix de guerre française, entre autres récompenses.

ww2dbase Après la Première Guerre mondiale, Park a épousé la mondaine londonienne Dorothy Parish. Il a reçu un poste dans la Royal Air Force, RAF, au grade de capitaine. En 1919, alors que la RAF introduisait de nouveaux grades, son grade a été ajusté à celui de lieutenant d'aviation. Entre 1919 et 1920, il était commandant d'escadrille au sein du 25e Escadron. Entre 1920 et 1921, il est commandant d'escadron à l'École de formation technique. En 1922, il est sélectionné pour fréquenter le tout nouveau Collège d'état-major de la RAF. À la fin des années 1920 et 1930, il a occupé divers postes d'état-major, commandé diverses stations de la RAF et a également servi comme instructeur. En 1938, il devient officier d'état-major du maréchal en chef de l'Air Hugh Dowding.

ww2dbase En avril 1940, le vice-maréchal de l'Air Park est nommé commandant du groupe n°11 de la RAF, le plaçant ainsi en charge de la défense aérienne au-dessus de Londres et du sud-est de l'Angleterre. Dans ce rôle, il a organisé des patrouilles de chasseurs sur la côte française pour protéger les ports, les plages et les navires pendant les évacuations, ainsi que la coordination des défenses des chasseurs contre les attaques allemandes pendant la bataille d'Angleterre. Il était d'accord avec Dowding pour penser que, parce que la force des chasseurs britanniques était insuffisante, un petit nombre de chasseurs devrait être lancé contre chaque vague d'attaques allemandes afin que la Grande-Bretagne puisse mettre en place une défense cohérente pendant l'été et l'automne 1940 (c'était perçu que les Allemands ne tenteraient pas une invasion au-delà de l'automne et en hiver, car la Manche deviendrait orageuse) cette stratégie lui permettait aussi de pouvoir toujours avoir une réserve de chasseurs au sol prêts à être lancés pour faire face à des attaques inattendues . Enfin, encore une fois pour préserver la force, il a ordonné aux pilotes de se concentrer sur les bombardiers allemands et, à moins que nécessaire, d'ignorer les chasseurs d'escorte cela était dû au fait que c'était la force de bombardiers qui avait la capacité d'atteindre les objectifs allemands pour la bataille de La Grande-Bretagne, tandis que les combattants allemands, bien que représentant un danger pour les combattants britanniques, n'ont été envoyés qu'en soutien. Pour inspirer ses hommes, il piloterait son chasseur personnel Hurricane "OK 1" pour visiter les aérodromes de combat chaque fois que possible. Les subordonnés de Park le considéraient comme un bon auditeur et ses manières mettaient les officiers subalternes à l'aise lorsqu'ils lui parlaient. Après la guerre, en février 1947, Arthur Tedder note que

Si un seul homme a gagné la bataille d'Angleterre, [Park] l'a fait. Je ne crois pas que l'on se rende compte de tout ce qu'un homme, avec son leadership, son jugement calme et son habileté, a fait pour sauver non seulement ce pays, mais le monde.

ww2dbase Certains de ses pairs, cependant, l'ont trouvé trop sensible aux critiques. De plus, certains pensaient qu'il était impitoyable et sans humour.

ww2dbase Lorsque Hugh Dowding a été retiré du RAF Fighter Command, Park a également été retiré car il était considéré comme le commandant en second de Dowding. Relégué brièvement au commandement de l'entraînement, il est transféré en Égypte en tant qu'officier commandant de l'air, où il organise les défenses aériennes du delta du Nil. En juillet 1942, il a été affecté à Malte où il a coordonné les défenses de l'île contre les attaques aériennes continues de l'Axe dans ce rôle, il a également fourni un soutien de combat pour les opérations en Afrique du Nord et en Sicile. En juin 1944, le gouvernement australien le considérait comme commandant de la Royal Australian Air Force, mais le commandant en chef allié du théâtre Douglas MacArthur s'opposait à un tel changement à la fin de la guerre. En février 1945, il est nommé commandant de l'aviation alliée en Asie du Sud-Est. Il conservera ce rôle jusqu'à la fin de la guerre, participant à l'offensive contre les unités japonaises en Birmanie et en Malaisie.

ww2dbase Le 20 décembre 1946, Park est promu au grade de Air Chief Marshal. Après sa retraite de la Royal Air Force britannique, il est retourné dans son pays natal, la Nouvelle-Zélande, et est devenu membre du conseil municipal d'Auckland. Il est décédé à Auckland à l'âge de 82 ans.

ww2dbase Sources:
Stephen Bungay, L'ennemi le plus dangereux
Kate Moore, Bataille d'Angleterre
Wikipédia

Dernière révision majeure : juillet 2010

Carte interactive du parc Keith

12 juin 1892 Keith Park est né à Thames, en Nouvelle-Zélande.
20 avril 1940 Keith Park prend le commandement du 11e groupe du Royal Air Force Fighter Command.
12 septembre 1940 Dans un rapport à ses supérieurs daté de ce jour concernant les attaques aériennes allemandes contre la Grande-Bretagne, Keith Park a écrit : « La confiance est ressentie dans notre capacité à contenir l'ennemi de jour et à l'empêcher d'atteindre la supériorité aérienne sur notre territoire, à moins qu'il n'augmente considérablement l'ampleur ou l'intensité de ses attaques."
4 décembre 1941 Keith Park a été nommé compagnon de l'Ordre très honorable du bain.
6 février 1975 Keith Park est décédé.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. chanelle cooper dit :
6 mai 2012 18:15:15

Je fais un devoir d'histoire sur Keith Park, c'est un gars très intéressant :)

2. william warwick dit :
25 déc. 2020 11:17:02

Monsieur. Lorsque Keith Park a été affecté à Malte pour prendre le contrôle de la défense aérienne de l'île, il a également introduit le système Dowding et les méthodes du Royal Oberver Corps sur l'île. Y a-t-il d'autres détails et/ou des photographies disponibles s'il vous plaît

Tous les commentaires soumis par les visiteurs sont des opinions de ceux qui les soumettent et ne reflètent pas les vues de WW2DB.


Honneurs et décorations

  • Chevalier Grand-Croix de l'Ordre du Bain – 23 mai 1946 (KCB – 1er janvier 1945, CB – 17 décembre 1940),
  • Chevalier Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique – 27 novembre 1942
  • Croix militaire – 26 sept. 1917, Barreau – 27 octobre 1917
  • Distinguished Flying Cross – 3 juin 1919
  • Croix de guerre (France) – 18 avril 1918
  • Commandeur de la Légion du Mérite – 27 juin 1947
  • MA (Oxford)
  • Hon DCL – 1947

Parc Keith Rodney, 1892-1975 - Histoire

Air of Authority - Une histoire de l'organisation de la RAF

Air Chief Marshal Sir Keith Park

Keith Rodney b : 15 juin 1892 r: 20 déc. 1946 ré: 5 février 1975

GCB - 23 mai 1946 (KCB - 1er janvier 1945, CB - 17 déc 1940), KBE - 27 novembre 1942, MC - 26 sept. 1917, Bar - 27 octobre 1917, DFC - 3 juin 1919, CdeG(F) - 18 avril 1918, LoM (Cdr) - 27 juin 1947, MA (Oxford), Hon DCL - 1947

Pour une liste des abréviations étrangères de décoration, cliquez ici

(Armée): - (T) 2 Lt : 1 sept. 1915, 2 litres : 23 mai 1916 [4 mai 1916], (T) Capitaine : 11 septembre 1917, Lieutenant : 4 novembre 1917.

(RAF) : - (T) Capt [Lt] : 1er avril 1918, (T) Maj : 9 avril 1918, Capitaine : 1er janvier 1919, Flt Lt : 1er août 1919 [1er avril 1919], Commandant d'esc : 1er janvier 1921, Wg Cdr : 1er janvier 1929, Capitaine généraliste : 1er janvier 1935, A/Cdre: 1 juil. 1938, Agir AVM : 4 mars 1940, (T) AVM : 1er juillet 1940, AVM : 14 avril 1942 [ 1 juillet 1940 ] , Agir AM : 14 janvier 1944, (T) AM : 16 août 1944, Agir ACM : 1er août 1945 - 20 décembre 1946 , UN M: 1 janv. 1946, ACM : Retenu.

par Bassano SA
impression au bromure, mars 1938
NPG x84427

National Portrait Gallery, Londres

xx xxx 1911 : Artilleur, artillerie de campagne néo-zélandaise (Force territoriale)

xx xxx 1914 : Artilleur, artillerie de campagne néo-zélandaise.

1 sept. 1915 : Officier, artillerie de campagne néo-zélandaise.

xx xxx 1916 : Instructeur, Royal Arsenal, Woolwich.

xx décembre 1916 : pilote U/T, escadron de réserve n° 8

23 mai 1917 : Flying Officer, RFC.

xx xxx xxxx : pilote/instructeur, escadron n° 38 (réserve) RFC.

7 juillet 1917 : Pilote, No 48 Sqn RFC

11 septembre 1917 : commandant de bord, No 48 Sqn RFC

10 avril 1918 : Officier commandant, No 48 Sqn.

23 juillet 1919 : Commandant de bord, No 25 Sqn.

1er août 1919 : Titulaire de la Commission permanente en tant que Capitaine (Avion)

11 août 1920 : Commandant d'escadron, École de formation technique (hommes)

3 avril 1922 : fréquentation du Collège d'état-major de la RAF

4 avril 1923 : Surnuméraire, Dépôt de la RAF

5 mai 1923 : Personnel, Dépôt d'avions, Égypte.

5 sept. 1923 : Personnel technique - Moteurs, QG RAF Moyen-Orient.

xx xxx xxxx : Opérations d'état-major de l'Air, QG RAF Moyen-Orient.

15 août 1926 : Air Staff, QG ADGB.

18 novembre 1927 : Officier commandant, No 111 Sqn .

9 janvier - xx février 1928 : officier commandant, RAF Duxford (Temporaire)

1er avril 1928 : Officier commandant, No 111 Sqn/ RAF Hornchurch

16 mars 1929 : état-major de l'air, zone de combat du QG.

12 janvier 1931 : Surnuméraire , RAF Northolt

14 janvier 1931 : officier commandant de la RAF Northolt

9 août 1932 : CFI, Oxford University Air Sqn.

10 juin 1933 : Instructeur titulaire de la catégorie A2

3 novembre 1934 : Attaché aérien, Buenos Aires

1er janvier 1937 : Nommé ADC aérien du Roi.

12 janvier 1937 : fréquentation de l'Imperial Defence College

28 décembre 1937 : Surnuméraire, RAF Tangmere.

3 janvier 1938 : officier commandant de la RAF Tangmere.

11 juin 1938 : Officier supérieur d'état-major de l'Air, QG Fighter Command

20 avril 1940 : Surnuméraire , No 11 (Fighter) Grou p.

22 avril 1940 : AOC, No 11 (Fighter) Grou p.

18 déc. 1940 : Surnuméraire , No 23 (Formation) Groupe .

27 déc 1940 : AOC, No 23 (Entraînement) Groupe .

xx janvier 1942 : AOC, AHQ Egypte

15 juil. 1942 : AOC, AHQ Malte

6 Jan 1944: Supernumerary, HQ Middle East Command

14 Jan 1944: AOC in C, Middle East Command

25 Feb 1945: Allied Air C in C, Air Command South East Asia

The son of Professor J Park, he was born in New Zealand, where he studied mining at the University of Otago and later worked as a clerk with the Union Steamship Company in Dunedin and went to sea as a Purser. He was awarded a field commission for distinguished service at Gallipoli. Seriously wounded on the Somme, he was invalided out of the Artillery but two months later joined the RFC. On 24 August 1918 a German raid on their airfield at Bertangles resulted in a large amount of damage including 8 dead and 28 wounded as well as the loss of most of 48's aircraft. Having already been awarded an MC for his service in the air, he was awarded a Bar for actions both during and after this raid. By the end of WW1, in addition to MC and bar, he had also been awarded the newly instituted DFC as well as being credited with the destruction of 20 enemy aircraft. He married Dorothy Margarita Parish at Christ Church, Lancaster Gate on 25 November 1918.

Appointed SASO at HQ Fighter Command, where he was directly involved, under Dowding, in the setting up of the Control and Reporting system which would become so vital in the summer of 1940. Both during and after the Battle of Britain both he and Dowding came under a great deal of criticism for the way that they had organised their forces. Parks main critic being his opposite number at No 12 Group, Leigh-Mallory, who felt that Park should concentrate his units in force rather than 'penny pockets'. This led to the 'Big Wing' controversy which Park countered with the argument that he did not have time to form 'Big Wings' before the enemy aircraft could reach their targets. Park's tactics attempted to destroy and separate the German bombers before they could reach their targets, thereby minimising the damage to property and civilian casualties. Leigh-Mallory's tactics may well have resulted in more German bombers destroyed but by then they would have been relieved of the loads, increasing damage and casualties as well as being faster. In the end the success of Fighter Command in the Battle of Britain was largely due to the use of both methods which split up the enemy formations on their inbound journey and being harried on the outbound journey. Probably the biggest fault in the system was the lack of co-ordination of at times between No's 11 and 12 Groups, for which both AOC's should share blame.

With German and Italian attacks on Malta gaining momentum it was decided that someone with air defence experience was now needed and so he was appointed AOC in place of AVM H P Lloyd. In this post he was able to establish the defences on a similar basis to those he had used in No 11 Group, two years earlier. Having successfully beaten off the attacks against the island, he was then able to instigate offensive operations from his island base. In November 1944, his rival from the Battle of Britain, Leigh-Mallory, was tragically killed whilst en-route to the Far East to take up the post of Air C in C, Air Command South East Asia. Ironically, the person chosen to replace him was Keith Park.

Citation for the award of the Bar to the Military Cross

" 2nd Lt. Keith Rodney Park, M.C., R.F.A. and R.F.C.

For conspicuous gallantry and devotion to duty in accounting for nine enemy aircraft, three of which were completely destroyed and six driven down out of control. "

(London Gazette - 18 Mar 1918)

A biography of Sir Keith Park by Vincent Orange is available from Amazon, order by clicking the link below: -


Contenu

Park was born in Thames, New Zealand. He was the son of a Scottish geologist for a mining company. An undistinguished young man, but keen on guns and riding, Keith Park was educated at King's College, Auckland until 1906 ΐ] and then at Otago Boys' High School, Dunedin where he served in the cadets. Later he joined the Army as a Territorial soldier in the New Zealand Field Artillery. Α] In 1911, at age 19, he went to sea as a purser aboard collier and passenger steamships, earning the family nickname "skipper".

When the First World War broke out, Park left the ships and joined his artillery battalion. Α] As a non-commissioned officer, he participated in the landings at Gallipoli in April 1915, going ashore at Anzac Cove. In the trench warfare that followed Park's achievements were recognised and in July 1915 he gained a commission as second lieutenant. Α] He commanded an artillery battalion during the August 1915 attack on Suvla Bay and endured more months of squalor in the trenches. At this time Park took the unusual decision to transfer from the New Zealand Army to the British Army, joining the Royal Horse and Field Artillery. Β]

Park was evacuated from Gallipoli in January 1916. The battle had left its mark on him both physically and mentally, though, later on in life, he would remember it with nostalgia. He particularly admired the ANZAC commander, Sir William Birdwood, whose leadership style and attention to detail would be a model for Park in his later career.

After the hardship at Gallipoli, Park's battalion was shipped to France to take part in the Battle of the Somme. Here he learned the value of aerial reconnaissance, noting the manner in which German aircraft were able to spot Allied artillery for counter-fire and getting an early taste of flight by being taken aloft to check his battalion's camouflage. On 21 October 1916, Park was blown off his horse by a German shell. Wounded, he was evacuated to England and medically certified "unfit for active service," which technically meant he was unfit to ride a horse. After a brief remission recovering from his wounds, recuperating and doing training duties at Woolwich Depot, he joined the Royal Flying Corps (RFC) in December 1916. Α]


Park: The Biography of Air Chief Marshall Sir Keith Park, GCB, KBE, MC, DFC, DCL by Vincent Orange ISBN 1-902-304-616

Many British locos were named after people, past and present, real and fictional, but rarely is there a direct link between the person and the loco. 34053 is one of those exceptions the loco was named by Air Vice-Marshal Park at Brighton station on 19th September 1947.

Three Battle of Britain class locos were formally named at Brighton on 19th September 1947. Standing by 21C155 "Fighter Pilot" are Group Captain Douglas Bader, Wing Commander W G Clouston and Sir Keith Park.

Gerald Storer was a boy of 14 when he skipped school to witness the naming ceremony in Brighton. 66 years later he came to the recommissioning event in Kidderminster to see the loco in service again. Photo: Bob Sweet

The restoration of 34053 has brought Sir Keith Park to the attention to a wider section of the public in Britain, maybe more than a statue or any other static monument could hope to achieve.


WWII legend Sir Keith Park returns to hometown Thames



A century after leaving Thames, Sir Keith Park is back home in the form of a bronze statue in his likeness. Sir Keith led the air defence of London and south-east England during the Battle of Britain in 1940, forcing Adolf Hitler to abandon plans for a land invasion.

The bronze statue of Sir Keith was officially unveiled in a ceremony outside the Thames War Memorial Civic Centre on Saturday attended by Defence Minister Ron Mark, the UK’s defence attache to New Zealand Commander Guy Haywood, our Councillors Sally Christie and Tony Fox, Coromandel MP Scott Simpson, members of the Park family, an air force honour guard and a contingent of Hauraki air cadets.

The statue itself was paid for by a $200,000 bequest from Betty (Yvonne Elizabeth) Hare, of Coroglen, who felt that Sir Keith deserved greater recognition in his homeland.

Betty Hare passed away in 2017 and in her will left the money for the bronze statue to be created.

Mark Whyte sculpted the statue and it was cast in bronze by Jonathan Campbell.

The niece and nephew of Betty Hare, Wendy and Ralph Hare, carried out their aunt’s wishes and organised the making of the statue and the unveiling ceremony.

Speaking at the unveiling, Wendy Hare turned to the statue and said: "Sir Keith, you're home to stay."

”To both the Park and Hare families, thank you for giving this fine statue to Thames,” said Thames Ward Councillor Sally Christie at the unveiling.

“Thames youth will no longer need to make the trek to London to make the link between the name of their airfield and the highly recognised military hero immortalised in the statue at Waterloo Place.”

Defence Minister Ron Mark said Sir Keith changed the course of history.

"Simply put, Sir Keith Park was . a Kiwi we should all be very, very proud of," the defence minister said.

“No other New Zealand-born military figure had a greater impact on history … for none have ever had such a significant role in determining the course of such a major battle, a battle that had it been lost, would have allowed Hitler’s land forces to invade Great Britain, thereby changing the history of the world,” Defence Minister Mark said.

Speaking of her great uncle, Lesley Park said she had learned nothing of him in school though she knew of his achievements.

“To me he was just my uncle. He was an accomplished sportsman and very competitive,” she said. He was also “a true gentleman – a humble and kind man.”

‘Leadership and calm judgement’

Sir Keith Park was born on 15 June 1892. He landed with the New Zealand Expeditionary Force at Gallipoli on 25 April 1915 and then served on the Western Front and was wounded. After his recovery he transferred to the Royal Flying Corps and later commanded No. 48 Squadron.

Between the wars, Sir Keith remained in the Royal Air Force and soon after World War II began he was promoted to air vice-marshall and given command of No. 11 Group of the RAF Fighter Command, responsible for the defence of London and south-east England during the Battle of Britain.

Germany’s failure to defeat the RAF was their first major defeat of the war and prevented a land invasion of Britain.

A senior RAF commander during the Battle of Britain, Air Vice Marshall Arthur William Tedder (who later in the war was second-in-command of the Allied forces in western Europe), said of Sir Keith:

“If ever any one man won the Battle of Britain, he did. I don’t believe it is recognised how much this one man, with his leadership, his calm judgement and his skill, did to save not only this country, but the world.”

Sir Keith Park later led the air defences of Malta, for which he was knighted in 1942. He went on to command British air forces in the Middle East and by the war’s end he commanded Allied air forces in South-East Asia.

After the war, Sir Keith moved back to Auckland and worked in the civil aviation industry. He persuaded the government to buy land in Mangere to establish Auckland International Airport at its current site and he served as an Auckland city councillor for three terms.

Sir Keith Park passed away in Auckland on 6 February 1975. The airfield at Thames is named in his honour, as are a school in Mangere and a display hall at the Museum of Transport and Technology (Motat) in Auckland. A statue of him was unveiled in Waterloo Place, London, in 2010.

A free digital exhibition on the life and achievements of Sir Keith will run at the Civic Centre from 9am - 4pm until Tuesday 30 April.


Keith Park - Wikipedia

Maj Marty Hogan

Keith Park - Wikipedia

Episode 1 - Campaign for a statue to commorate Kiwi war hero, Sir Keith Park, Defender of London Sir Keith Park was Air Vice Marshal of the Royal Air Force 1.

Thank you, my friend Maj Marty Hogan for making us aware that June 15 is the anniversary of the birth of New Zealand soldier, First World War flying ace and Second World War Royal Air Force commander Air Chief Marshal Sir Keith Rodney Park, GCB, KBE, MC & Bar, DFC.
My father was a teenager in London during the battle of Britain.

Heroes of the Battle of Britain - Episode 1 - Sir Keith Park - Defender of London
https://www.youtube.com/watch?v=KFZD5R_ix3g

Background from nzhistory.govt.nz/people/sir-keith-park
"Keith Park Biography
Keith Rodney Park was a decorated First World War fighter pilot who carved out a prestigious career in the Royal Air Force (RAF). He played a pivotal role in the defence of London and south-east England during the Battle of Britain.

Born in Thames on 15 June 1892, Park was educated at King's College, Auckland and Otago Boys' High School, Dunedin. At the age of 19 he joined the Union Steam Ship Company as a cadet purser – earning the nickname ‘Skipper’ among friends and family.

Early in the First World War Park enlisted in the New Zealand Expeditionary Force (NZEF) he sailed to Egypt in January 1915. He landed at Gallipoli on 25 April and served with a New Zealand howitzer battery until July, when he was promoted to second lieutenant and transferred to the Royal Field Artillery. Following his battery’s evacuation to Egypt in January 1916, Park was transferred to the Western Front. Wounded in October 1916, he was sent to England to recuperate and, after being informed he was unfit for active army service, gained a transfer to the Royal Flying Corps (RFC) in December 1916.

Park was taught to fly at Netheravon on Salisbury Plain. After a three-month spell as an instructor he was sent back to France in July 1917. For the remainder of the war he flew two-seater Bristol Fighters with No. 48 Squadron, which he commanded from April 1918. According to Park’s biographer, Vincent Orange, by the end of the war between them Park and his various observers had ‘certainly destroyed eleven enemy aircraft and damaged at least thirteen others to a greater or lesser degree.’ Park earned two Military Crosses and a Distinguished Flying Cross in the process.

During the interwar years Park held various command and staff postings in the United Kingdom and overseas, including service as air aide-de-camp to King George VI in 1937. In July 1938 he was promoted to air commodore and appointed deputy to Air Chief Marshal Sir Hugh Dowding at RAF Fighter Command headquarters near London. Together with Dowding, Park developed a comprehensive air defence system involving the use of high-speed, heavily armed fighter aircraft (Hawker Hurricanes and Supermarine Spitfires) in combination with new radio and radar equipment. This daunting task was made even more difficult by peacetime restrictions on training.

Promoted to air vice-marshal in April 1940, Park was given command of No. 11 Group, responsible for the defence of London and south-east England. His first operational test was to cover the evacuation of the British Expeditionary Force from Dunkirk. In July 1940 the Luftwaffe (German air force) turned its attention to crushing the RAF as a precursor to the invasion of Great Britain. Park’s No. 11 Group bore the brunt of this assault. During the Luftwaffe's daylight raids between July and September, he developed a reputation as a ‘hands-on’ leader, often flying his personal Hurricane to embattled airfields to inspire his hard-pressed pilots.

Unable to neutralise No. 11 Group, the Luftwaffe began bombing London in September. During a series of massive raids on the capital, Park’s skilful handling of limited resources ensured that the RAF was able to continue resisting the German offensive. By October 1940 Hitler had postponed the invasion of Great Britain and the German air offensive switched to night-time raids on London and other British cities.

It was at this point that Dowding and Park became embroiled in controversy over their handling of the battle. Some senior RAF officers believed their tactics were too cautious. The most vocal critic was Air Vice-Marshal Trafford Leigh-Mallory, commander of No. 12 Group. Leigh-Mallory believed that large-scale formations of three to five squadrons – dubbed ‘Big Wings’ – would disrupt enemy raids more effectively than Park’s one- to two-squadron approach was doing.

Although Park’s tactics have since been vindicated, the Big Wing approach won out at the time and Park was replaced by Leigh-Mallory as commander of No. 11 Group in December 1940. After a period in command of a training group, he was sent to Egypt before becoming RAF commander on the strategically important island of Malta in July 1942. Using tactics he had employed during the Battle of Britain, Park’s forces successfully repelled repeated German and Italian air attacks before mounting a decisive offensive against Axis shipping in the Mediterranean.

Knighted in 1942 for his role in the defence of Malta, Park was promoted to air marshal and appointed commander-in-chief of British air forces in the Middle East in January 1944. A year later he assumed command of Allied air forces in South-East Asia Command, which performed a vital support role, including supplying stores from the air on a previously unprecedented scale, to the British 14th Army advancing through the jungles of Burma.

Park retired from the RAF in 1946 as air chief marshal and moved back to Auckland. He worked in the civil aviation industry until 1960. During the 1950s he became chairman of the Auckland International Airport Committee, encouraging a reluctant government to purchase land at Mangere for an international airport which was eventually completed in 1966. Park was also active in local government, serving three terms as an Auckland city councillor.

Keith Park died in Auckland on 6 February 1975, aged 82. A section of the Auckland Museum of Transport and Technology (MOTAT) is named in his honour, as is Sir Keith Park School – a special needs centre in Māngere, Auckland. A statue of Park was unveiled in Waterloo Place, London on 15 September 2010, the 70th anniversary of the Battle of Britain."
Thank you, my friend TSgt Joe C. for mentioning me.


Voir la vidéo: Opening of The 1971 State Fair Of Texas - October 1971 (Août 2022).