Podcasts sur l'histoire

Ces momies égyptiennes antiques étaient-elles des blondes chimiques ou naturelles ?

Ces momies égyptiennes antiques étaient-elles des blondes chimiques ou naturelles ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La noble égyptienne Tjuyu et son mari Yuya étaient des figures importantes de la cour d'Amenhotep III et on pense qu'elle est décédée en 1375 av. Plus largement connue comme étant l'arrière-grand-mère du légendaire pharaon Toutankhamon, sa tombe a été découverte en 1905 et un documentaire de Channel 5 Le Nil : le grand fleuve égyptien , présenté par l'historienne britannique Bettany Hughes, a filmé une rare ouverture au Musée égyptien du Caire.

L'épisode a été diffusé vendredi soir et a montré une équipe d'égyptologues soulevant soigneusement le couvercle de la tombe de Tjuyu, révélant à quel point un Étoile du jour article intitulé "son corps incroyablement bien conservé". Bettany a expliqué "Elle est si petite et si parfaite." Un article d'Ancient Origins de 2016 décrit Tjuyu comme "la mère de la reine Tiye, une femme clé de la cour thébaine et on pense qu'elle pourrait aussi être la "mère du pharaon Ay". Ainsi, elle serait la grand-mère de Néfertiti et Mutnodjimet.

Couleurs de la mort

Dans l'émission, l'égyptologue Salima Ikram a expliqué que les tissus qui dépassaient de ses orbites étaient faits pour ressembler à des yeux afin qu'elle puisse "voir dans l'au-delà" et que son corps était si intact qu'il était même possible de voir les sandales qu'elle portait pendant qu'elle être momifié.

Les pieds de Tjuyu étaient remarquablement préservés. (Youtube Capture d'écran)

Bettany a remarqué quelque chose d'étrange à propos du cadavre momifié de Tjuyu; plutôt que d'avoir des cheveux châtain foncé, comme la grande majorité des autres momies de l'Égypte ancienne, elle avait des « cheveux blond fraise ». Ce phénomène quelque peu bizarre a été expliqué par l'égyptologue Ikram qui a déclaré qu'il n'est pas clair comment ses cheveux sont devenus cette couleur, en disant "Nous ne sommes pas sûrs à 100% [si ce sont ses cheveux d'origine]".

L'une des raisons avancées pour la couleur des cheveux est l'utilisation de « natrons » dans les processus de momification. Ce mélange naturel de « carbonate de sodium décahydraté », qui était également un ancien insecticide domestique, était principalement utilisé pour la fabrication du cuir et pour blanchir les vêtements. Cela implique que la vraie couleur des cheveux de Tjuyu a peut-être été délibérément éclaircie pour lui donner un aspect blond ou peut s'être produite accidentellement par momification.

La maman de Yuyu avait aussi les cheveux blonds. (Youtube Capture d'écran)

Égyptiens blonds

Dans la dernière section, lorsque j'ai fait référence à « la grande majorité des autres momies de l'Égypte ancienne » ayant les cheveux brun foncé, eh bien, j'ai choisi ces mots très soigneusement car selon le Dr Janet Davey de l'Institut victorien de médecine légale en Australie, certains anciens Les Égyptiens étaient naturellement blonds et parfois roux.

Momie du roi Ramsès II de la 19e dynastie aux cheveux blond roux. (Youtube Capture d'écran)

Un article récemment publié par le Sydney Morning Herald explique que la plupart des chercheurs affirment que les différentes couleurs des cheveux de la momie résultent des interactions chimiques dans le processus de momification lui-même (natrons). Cependant, le Dr Davey a entrepris une série d'« expériences innovantes » couvrant « 16 échantillons de cheveux d'Égyptiens » dans la cendre salée pendant 40 jours. Devinez quoi? Pas un seul changement dans la couleur des cheveux n'a été observé.

Le Dr Davey est convaincu qu'il y avait des Égyptiens aux cheveux blonds, mais trouver des momies aux cheveux blonds est "très rare" et c'est pourquoi les égyptologues pensaient auparavant qu'une couleur de cheveux plus claire était créée pendant le processus de momification. Davey suggère que ces gens aux cheveux blonds vivaient en Égypte pendant la période gréco-romaine (332 avant JC – 395 après JC).

  • La tête d'une momie égyptienne antique montre qu'une femme avait un problème de peau dû à une pratique de beauté
  • Buste of Contention : la sculpture de Néfertiti soulève des questions de race et de couleur – Partie II
  • Imagination vs réalité : et si Néfertiti n'était pas aussi belle qu'on le croit ?

Les expériences du Dr Davey prouveraient que les cheveux blonds étaient naturels pour certains anciens Égyptiens, tels que Tjuyu. (Youtube Capture d'écran)

Le 14 décembre 2014, Ancient Origins a rapporté une découverte remarquable dans la nécropole de Fag el-Gamous, située le long de la bordure orientale de la dépression du Fayoum près de Seila en Égypte. Datant de l'époque où l'Empire romain ou byzantin contrôlait l'Égypte, du Ier au VIIe siècle après J. les découvertes ont mis au jour des "momies blondes et rousses".


Le mystère des momies aux cheveux roux de l'Egypte ancienne

“En ce qui concerne les anciens Égyptiens, nous savons, sur l'autorité de Manéthon, qu'ils brûlaient des hommes aux cheveux roux et dispersent leurs cendres avec des éventails de vannes, et il est hautement significatif que ce sacrifice barbare ait été offert par les rois à la tombe d'Osiris. Nous pouvons supposer que les victimes représentaient Osiris lui-même, qui était chaque année tué, démembré et enterré dans leur personne afin qu'il puisse vivifier la semence dans la terre. De James Frazer’s“The Golden Bough”

C'est clairement un sujet controversé, mais qui mérite d'être étudié. Savons-nous vraiment, génétiquement parlant, d'où venaient les Egyptiens dits dynastiques ? Certains présument qu'ils étaient exclusivement d'origine noire africaine, tandis que d'autres spéculent qu'ils venaient de terres à l'est, étaient d'un mélange racial complexe, ou avaient en fait pour source l'Égypte elle-même.

Pouvons-nous dire, sur la base des traits du visage de sculptures comme celle-ci, vraisemblablement de Ramsès II, une idée de son ascendance ethnique ? Ce qui est peut-être beaucoup plus curieux, c'est la présence de momies de l'Egypte ancienne qui avaient des cheveux roux, et dans certains cas même blonds. L'un des plus célèbres est l'ancêtre appelé “Ginger” qui se trouve au British Museum, sur la photo ci-dessous.

Ginger est mort il y a plus de cinq mille ans, pourtant ses cheveux dorés, qui lui ont donné son surnom, et même ses ongles de pieds et de doigts étaient parfaitement conservés. Il a été trouvé dans un cimetière à Gebelein, en Égypte, et daté de la période prédynastique tardive, vers 3400 av. La question sans réponse est est-ce que Ginger avait des cheveux naturels de couleur claire, ou était-il teint, et si c'est le cas, pourquoi ?

La couleur des cheveux est une étude fascinante en soi, et la large gamme de nuances représentées dans l'art égyptien reflète, dans une large mesure, la diversité de la réalité. La couleur de cheveux la plus courante à l'époque, comme aujourd'hui, était un brun très foncé, presque noir, bien que l'on trouve également des cheveux auburn naturels et même (assez surprenant) des cheveux blonds. Avec leur grand penchant pour l'élaboration, l'utilisation habile des teintures par les Égyptiens a produit encore d'autres nuances à étudier, l'analyse montrant que beaucoup étaient différentes formes de henné, que même un vieux Ramsès II avait utilisé régulièrement pour rajeunir ses cheveux blancs.

En 1975, le gouvernement égyptien a demandé à des scientifiques français de tenter de préserver la momie de Ramsès. Une fois les travaux terminés, la momie a été remise dans un cercueil hermétiquement fermé, et elle est restée cachée à la vue du public depuis lors, cachée dans les entrailles du musée du Caire. Les résultats de l'étude ont été publiés dans un ouvrage richement illustré, édité par L. Balout, C. Roubet et C. Desroches-Noblecourt, et intitulé La Momie de Ramsès II : Contribution Scientifique à l’Égyptologie (1985).

Le professeur P. F. Ceccaldi, avec une équipe de recherche, a étudié certains cheveux du cuir chevelu de la momie. Ramsès II avait 87 ans à sa mort et ses cheveux étaient devenus blancs. Ceccaldi a déterminé que la couleur jaune rougeâtre des cheveux était due à un colorant avec une solution de henné diluée. Des examens microscopiques ont montré que les racines des cheveux contenaient des pigments rouges naturels et que, par conséquent, pendant sa jeunesse, Ramsès II avait été un roux. L'analyse a conclu que ces pigments rouges ne résultaient pas de la décoloration des cheveux ou de leur altération après la mort, mais représentaient la couleur naturelle des cheveux de Ramsès.

Après avoir réalisé cet immense travail, une conclusion scientifique importante reste à tirer : l'étude anthropologique et l'analyse microscopique des cheveux, réalisée par quatre laboratoires : Médecine Judiciaire (Professeur Ceccaldi), Société L’Oréal, Commissariat à l'Energie Atomique, et l'Institut Textile de France a montré que Ramsès II était un « leucoderme », c'est-à-dire un homme à la peau claire, proche de la Préhistoire et de l'Antiquité méditerranéenne, ou brièvement des Berbères d'Afrique.

Une autre illustration peut être vue de la tombe élaborée de Meresankh III, la petite-fille du roi Khéops de la 4e dynastie. Ce tombeau magnifiquement sculpté et peint a été construit par sa mère, Hetepheres II. Hetepheres a été marié pour la première fois au prince Kewab, fils de Khéops et héritier légitime du trône. Hetepheres s'est placée dans une peinture murale montrant ses cheveux (ou sa coiffe) rouges. La mauvaise qualité des photographies reproduites rend les couleurs douteuses, mais des témoignages oculaires nous disent qu'il s'agissait de rouge.


Momification préhistorique dans l'Egypte ancienne

Avant l'époque de la momification anthropique, les corps étaient naturellement préservés par les premières méthodes d'enterrement égyptiennes. Quel que soit le statut social, les anciens Égyptiens enterraient leurs défunts dans des tombes ovales peu profondes. Cette méthode d'enterrement a fourni un environnement naturel pour la momification de leurs cadavres. Comment? Les températures extrêmement chaudes du sable chaud du désert ont absorbé toute l'humidité du corps. Cela a rendu le corps moins sensible à la pourriture. L'un des plus anciens corps momifiés naturellement connus est celui de l'homme de Gebelein, également connu sous le nom de « Gingembre ». Le corps naturellement momifié de l'homme de Gebelein a été découvert en 1896 et date d'environ 3500 av.


“Un sentiment incroyable"

L'étude, publiée aujourd'hui dans le Journal des sciences archéologiques, vient après des décennies de travail méticuleux avec des momies préhistoriques. La co-auteure de l'étude, Jana Jones, égyptologue à l'Université Macquarie, a eu ses premiers indices de cette momification précoce dans les années 1990, alors qu'elle étudiait d'anciens emballages de momies datant d'environ 6 600 ans.

Jones a regardé les emballages au microscope et a été stupéfait : les tissus semblaient contenir des restes d'une résine d'embaumement, un composé couramment observé chez les momies ultérieures. "C'était juste un sentiment incroyable", dit-elle.

Mais les preuves microscopiques n'étaient pas suffisantes pour dire que les Égyptiens ont embaumé leurs morts des milliers d'années plus tôt qu'on ne le pensait auparavant. Cela nécessitait une chimie minutieuse, et il a fallu 10 ans à Jones et à son équipe pour terminer l'analyse. "C'était juste la malédiction de la momie", plaisante-t-elle. L'équipe a finalement confirmé la découverte sur les emballages en 2014, en publiant ces résultats dans PLOS UN.

"C'était le moment décisif", a déclaré Stephen Buckley, chimiste archéologique et expert en momification qui a dirigé l'analyse chimique de l'étude de 2014 et de ce dernier travail.

Mais certains experts sont restés sceptiques, dit Jones. Les chercheurs manquaient de preuves d'une véritable momie, car les textiles avaient longtemps été séparés de leur propriétaire préservé. Alors ils se sont tournés vers la momie de Turin pour plus d'indices.


La détermination de l'origine du bitume naturel dans les résines momifiantes des momies égyptiennes antiques de la collection du musée des beaux-arts Pouchkine

Cet ouvrage présente les résultats d'une étude des résines de sept momies égyptiennes antiques de la collection du Musée national des beaux-arts Pouchkine à l'aide d'un complexe de méthodes analytiques : chromatographie en phase gazeuse, émission atomique et spectrométrie de masse. Le bitume naturel et la cire d'abeille ont été identifiés dans les résines à l'aide de la méthode de chromatographie en phase gazeuse-spectrométrie de masse. Sur la base des résultats de la distribution des hydrocarbures dans les profils des n-alcanes dans les revêtements de résine des momies et du bitume naturel, il a été supposé que le bitume de la mer Morte était utilisé. Les études par chromatographie en phase gazeuse et spectrométrie de masse des résines momifiées dans le mode ionique sélectionné (m/z 217 et 191) ont fourni des preuves supplémentaires de l'origine géographique du bitume. La spectrométrie d'émission atomique avec plasma couplé par induction a été utilisée comme moyen pour déterminer la teneur en microéléments. Du vanadium, du nickel et du molybdène ont été trouvés dans le goudron de cinq momies. Les quantités relatives déterminées de vanadium, nickel et molybdène dans les résines des momies étudiées ont montré une bonne corrélation avec les données disponibles sur la teneur de ces éléments dans le bitume de la Mer Morte, ainsi que la résine de momie Fayoum à base de ce bitume. Les avantages de l'utilisation de la méthode d'identification du bitume dans les résines momifiées basée sur la teneur relative en vanadium, nickel et molybdène ont été révélés.

Mots clés

À propos des auteurs

Cand. de Sci. (Philosophie), directeur adjoint

ID d'auteur Scopus 55062074900

1, Akademika Kurchatova pl., Moscou 123182, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Chimie), Chercheur principal, Département de biotechnologie et bioénergie

ID d'auteur Scopus 7004257999

1, Akademika Kurchatova pl., Moscou 123182, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Histoire), Chef de département

12, Volkhonka ul., Moscou, 119019, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Histoire de l'art), Chercheur senior

12, Volkhonka ul., Moscou, 119019, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Chimie), Chercheur principal, Département de biotechnologie et bioénergie

ID auteur Scopus : 12784841000

1, Akademika Kurchatova pl., Moscou 123182, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Chimie),Chimie en chef, Chef du centre d'essais analytiques,Chef

ID d'auteur Scopus 26029517500,

3, Bogorodskii Val, Moscou, 107076, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Cand. de Sci. (Phys.-Math.), Directeur adjoint, Laboratoire de méthodes naturelles et scientifiques en sciences humaines

Chercheur Senior du Laboratoire des Méthodes d'Analyse aux Rayons X et Rayonnement Synchrotron

1, Akademika Kurchatova pl., Moscou 123182, Russie

59, Leninskii pr., Moscou 119333, Russie

ID d'auteur Scopus 7801407652,

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

1, Akademika Kurchatova pl., Moscou 123182, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Adjoint au chef du centre d'essais analytiques

3, Bogorodskii Val, Moscou, 107076, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Chercheur junior, Centre d'essais analytiques

3, Bogorodskii Val, Moscou, 107076, Russie

Intérêts concurrents : Авторы заявляют об отсутствии конфликта интересов.

Les références

1. Momies égyptiennes et science moderne. Éd. Rosalie David A. Cambridge et New York: Cambridge University Press, 2008. 304 р. https://doi.org/10.1017/CBO9780511499654

2. Taylor J.H., Antoine D. Vies anciennes. Nouvelles découvertes : huit momies, huit histoires. Londres : British Museum Press, 2014. 192 p.

3. David A.R. Matériaux et technologie de l'Égypte ancienne. Éd. P.T. Nicholson, I. Shaw. Cambridge : Cambridge University Press, 2000. 372 p. ISBN 0521-45257-0

4. Momies égyptiennes et science moderne. Éd. Rosalie David A. Cambridge et New York: Cambridge University Press, 2008. 304 р. https://doi.org/10.1017/CBO9780511499654

5. Monuments et personnes. Sci. éd. K.K. Iskoldskaïa. Moscou : Vostochnaya littérature Publ., 2003. 454 p. (en russe). ISBN 5-02-018341-5

6. David A.R. Matériaux et technologie de l'Égypte ancienne. Éd. P.T. Nicholson, I. Shaw. Cambridge : Cambridge University Press, 2000. 372 p. ISBN 0521-45257-0

7. Concernant les morts : des restes humains au British Museum. Eds. A. Fletcher, D. Antoine, J.D. Hill. Londres : British Museum Press, 2014. 142 p. ISBN 978-086159-197-8

8. Monuments et personnes. Sci. éd. K.K. Iskoldskaïa. Moscou : Vostochnaya littérature Publ., 2003. 454 p. (en russe). ISBN 5-02-018341-5

9. Aufderheide A. L'étude scientifique des momies. Londres : Cambridge University Press, 2003. 590 p. ISBN 978-0-521-17735-1

10. Concernant les morts : des restes humains au British Museum. Eds. A. Fletcher, D. Antoine, J.D. Hill. Londres : British Museum Press, 2014. 142 p. ISBN 978-086159-197-8

11. Yatsishina E.B., Kovalchuk M.V., Loshak M.D., Vasilyev S.V., Vasilieva O.A., Dyuzheva O.P., Pozhidaev V.M., Ushakov V.L. Étude interdisciplinaire des momies égyptiennes de la collection du Musée national des beaux-arts Pouchkine du Centre national de recherche « Institut Kurchatov ». Cristallographie Rep. 201863(3):500-511. https://doi.org/10.1134/S1063774518030343

12. Aufderheide A. L'étude scientifique des momies. Londres : Cambridge University Press, 2003. 590 p. ISBN 978-0-521-17735-1

13. Menager M., Azémard C., Vieillescazes C. Etude des baumes momifiés égyptiens par spectroscopie FT-IR et GC-MS. Microchemical J. 2014114:32-41. https://doi. org/10.1016/j.microc.2013.11.018

14. Yatsishina E.B., Kovalchuk M.V., Loshak M.D., Vasilyev S.V., Vasilieva O.A., Dyuzheva O.P., Pozhidaev V.M., Ushakov V.L. Étude interdisciplinaire des momies égyptiennes de la collection du Musée national des beaux-arts Pouchkine du Centre national de recherche « Institut Kurchatov ». Cristallographie Rep. 201863(3):500-511. https://doi.org/10.1134/S1063774518030343

15. Buckley S.A., Evershed R.P. Chimie organique des agents d'embaumement dans les momies pharaoniques et gréco-romaines. La nature. 2001413 : 837-841. https://doi.org/10.1038/35101588

16. Menager M., Azémard C., Vieillescazes C. Etude des baumes momifiés égyptiens par spectroscopie FT-IR et GC-MS. Microchemical J. 2014114:32-41. https://doi. org/10.1016/j.microc.2013.11.018

17. Proefke M.L., Rinehart K.L. Analyse d'une résine de momie égyptienne par spectrométrie de masse. Confiture. Soñ. Spectre de masse. 19923(5):582-589. https://doi.org/10.1016/1044-0305(92)85036-J

18. Buckley S.A., Evershed R.P. Chimie organique des agents d'embaumement dans les momies pharaoniques et gréco-romaines. La nature. 2001413 : 837-841. https://doi.org/10.1038/35101588

19. Maurer J., Mohring Th., Rullkotter J. Lipides végétaux et hydrocarbures fossiles dans le matériel d'embaumement des momies de l'époque romaine de l'oasis de Dakhleh, désert occidental, Égypte. J. Arch. Sci. 200229(7) : 751-762. https://doi.org/10.1006/jasc.2001.0773

20. Proefke M.L., Rinehart K.L. Analyse d'une résine de momie égyptienne par spectrométrie de masse. Confiture. Soñ. Spectre de masse. 19923(5):582-589. https://doi.org/10.1016/1044-0305(92)85036-J

21. Brettell R., Martin W., Atherton-Woolham S., Stern B., McKnight L. Analyse des résidus organiques des momies votives égyptiennes et leur potentiel de recherche. Études en conservation. 201762(2) :68-82. https://doi.org/10.1179/2047058415Y.0000000027

22. Maurer J., Mohring Th., Rullkotter J. Lipides végétaux et hydrocarbures fossiles dans le matériel d'embaumement des momies de l'époque romaine de l'oasis de Dakhleh, désert occidental, Égypte. J. Arch. Sci. 200229(7) : 751-762. https://doi.org/10.1006/jasc.2001.0773

23. Colombini M. P., Modugno C., Silvano F., Onor M. Caractérisation du baume d'une momie égyptienne du VIIe siècle av. Études en conservation. 2000 45(1) : 19-29.https://doi.org/10.1179/sic.2000.45.19

24. Brettell R., Martin W., Atherton-Woolham S., Stern B., McKnight L. Analyse des résidus organiques des momies votives égyptiennes et leur potentiel de recherche. Études en conservation. 201762(2) :68-82. https://doi.org/10.1179/2047058415Y.0000000027

25. Buckley S.A., Clark K.A., Evershed R.P. Baumes chimiques organiques complexes de momies animales pharaoniques. La nature. 2004431:294-299. https://doi.org/10.1038/nature02849

26. Colombini M. P., Modugno C., Silvano F., Onor M. Caractérisation du baume d'une momie égyptienne du VIIe siècle av. Études en conservation. 2000 45(1) : 19-29.https://doi.org/10.1179/sic.2000.45.19

27. Łucejko J., Connan J., Orsini S., Ribechini E., Modugno F. Analyses chimiques des baumes momifiés égyptiens et des résidus organiques des jarres de stockage datées de l'Ancien Empire à la période copto-byzantine. J. Arch. Sci. 201785:1-12. https://doi.org/10.1016/j.jas.2017.06.015

28. Buckley S.A., Clark K.A., Evershed R.P. Baumes chimiques organiques complexes de momies animales pharaoniques. La nature. 2004431:294-299. https://doi.org/10.1038/nature02849

29. Łucejko J., Lluveras-Tenorio A., Modugno F., Ribechini E., Colombini M. Une approche analytique basée sur la diffraction des rayons X, la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier et la chromatographie en phase gazeuse/spectrométrie de masse pour caractériser les matériaux d'embaumement égyptiens. Microchimie. J. 2012103 : 110-118. http://dx.doi.org/10.1016/j.microc.2012.01.014

30. Łucejko J., Connan J., Orsini S., Ribechini E., Modugno F. Analyses chimiques des baumes momifiés égyptiens et des résidus organiques des jarres de stockage datées de l'Ancien Empire à la période copto-byzantine. J. Arch. Sci. 201785:1-12. https://doi.org/10.1016/j.jas.2017.06.015

31. Sarret M., Adam P., Schaeffer P., Ebert Q., Perthuison J., Pierrat-Bonnefois G. Substances organiques des jarres égyptiennes de la première période dynastique (3100-2700 avant notre ère) : Mode de préparation, processus d'altération et la (ré)évaluation botanique du « cédrium ». J. Arch. Sci. : Rapports. 201714:420-431.http://dx.doi.org/10.1016/j.jasrep.2017.06.021

32. Łucejko J., Lluveras-Tenorio A., Modugno F., Ribechini E., Colombini M. Une approche analytique basée sur la diffraction des rayons X, la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier et la chromatographie en phase gazeuse/spectrométrie de masse pour caractériser les matériaux d'embaumement égyptiens. Microchimie. J. 2012103 : 110-118. http://dx.doi.org/10.1016/j.microc.2012.01.014

33. Degano I., Colombini M.P. Techniques multi-analytiques pour l'étude des momies précolombiennes et du matériel funéraire associé. J. Arch. Sci. 200936(8) :1783-1790. https://doi.org/10.1016/j.jas.2009.04.015

34. Sarret M., Adam P., Schaeffer P., Ebert Q., Perthuison J., Pierrat-Bonnefois G. Substances organiques des jarres égyptiennes de la première période dynastique (3100-2700 avant notre ère) : Mode de préparation, processus d'altération et la (ré)évaluation botanique du « cédrium ». J. Arch. Sci. : Rapports. 201714:420-431.http://dx.doi.org/10.1016/j.jasrep.2017.06.021

35. Jones J., Higham Th.FG, Chivall D., Bianucci R., Kay GL, Pallen MJ, Oldfield R., Ugliano F., Buckley SA Une momie égyptienne préhistorique : preuves d'une « recette d'embaumement » et de l'évolution des premiers soins funéraires formatifs. J. Arch. Sci. 2018100 : 191-200. https://doi.org/10.1016/j. jas.2018.07.011

36. Degano I., Colombini M.P. Techniques multi-analytiques pour l'étude des momies précolombiennes et du matériel funéraire associé. J. Arch. Sci. 200936(8) :1783-1790. https://doi.org/10.1016/j.jas.2009.04.015

37. Jones J., Higham Th.F.G., Oldfield R., O'Connor T.P., Buckley S.A. Evidence for prehistoric origins of Egyptian momification in Late Neolithic Burials. PLoS One. 2014. Août 139(8) : e103608. https://doi.org 10.1371/journal. pone.0103608

38. Jones J., Higham Th.FG, Chivall D., Bianucci R., Kay GL, Pallen MJ, Oldfield R., Ugliano F., Buckley SA Une momie égyptienne préhistorique : preuves d'une « recette d'embaumement » et de l'évolution des premiers soins funéraires formatifs. J. Arch. Sci. 2018100 : 191-200. https://doi.org/10.1016/j. jas.2018.07.011

39. Benson G.G., Hemingway S.R., Leach F.N. L'analyse des emballages de momie 1770. Dans : Le projet de momie du Manchester Museum : recherche multidisciplinaire sur les restes momifiés égyptiens antiques. Éd. par A.R. David. Manchester : Manchester University Press, 1979. P. 119-132. ISBN 0-7190-1293-7

40. Jones J., Higham Th.F.G., Oldfield R., O'Connor T.P., Buckley S.A. Evidence for prehistoric origins of Egyptian momification in Late Neolithic Burials. PLoS One. 2014. Août 139(8) : e103608. https://doi.org 10.1371/journal. pone.0103608

41. Proefke M.L., Rinehart K.L., Raheel M., Ambrose S.H., Wisseman S.U. Sonder les mystères de l'Egypte ancienne : analyse chimique d'une momie égyptienne de l'époque romaine. Anal. Chem. 199264(2) :105A-111A. https://doi.org/10.1021/ac00026a002

42. Benson G.G., Hemingway S.R., Leach F.N. L'analyse des emballages de momie 1770. Dans : The Manchester Museum Mummy project : recherche multidisciplinaire sur les restes momifiés égyptiens antiques. Éd. par A.R. David. Manchester : Manchester University Press, 1979. P. 119-132. ISBN 0-7190-1293-7

43. Lucas A., Harris J.R. Matériaux et industries de l'Égypte ancienne, 4e éd. Londres : Histoires et mystères de l'homme, 1989. P. 303-308. ISBN-10 : 1854170465 ISBN-13 : 978-1854170460

44. Proefke M.L., Rinehart K.L., Raheel M., Ambrose S.H., Wisseman S.U. Sonder les mystères de l'Egypte ancienne : analyse chimique d'une momie égyptienne de l'époque romaine. Anal. Chem. 199264(2) :105A-111A. https://doi.org/10.1021/ac00026a002

45. Beck C.W., Borromeo C. Ancienne poix de pin : perspectives technologiques d'un naufrage hellénistique. MASCA Rés. Bouillie. Sci. Archéol. 19907 : 51-58.

46. ​​Lucas A., Harris J.R. Matériaux et industries de l'Égypte ancienne, 4e éd. Londres : Histoires et mystères de l'homme, 1989. P. 303-308. ISBN-10 : 1854170465 ISBN-13 : 978-1854170460

47. Rullkotter J., Nissenbaum A. Asphalte de la mer Morte dans les momies égyptiennes: preuves moléculaires. Naturwissenschaften. 198875(12):618-621. https://doi.org/10.1007/BF00366476

48. Beck C.W., Borromeo C. Pitch de pin antique : perspectives technologiques d'un naufrage hellénistique. MASCA Rés. Bouillie. Sci. Archéol. 19907 : 51-58.

49. Petrov A.A. Hydrocarbures pétroliers. Moscou : Nauka Publ., 1984. 264 p. (en russe).

50. Rullkotter J., Nissenbaum A. Asphalte de la mer Morte dans les momies égyptiennes: preuves moléculaires. Naturwissenschaften. 198875(12):618-621. https://doi.org/10.1007/BF00366476

51. Kim N.S., Rodchenko A.P. Hydrocarbures hopane dans les bitumes des gisements mésozoïques du thalweg régional occidental Enisey-Khatanga. Geologiya i geofizika = Géologie et géophysique russes. 201657(4) : 597-607. https://doi.org/10.1016/j. rgg.2015.06.011

52. Petrov A.A. Hydrocarbures pétroliers. Moscou : Nauka Publ., 1984. 264 p. (en russe).

53. Harrell J.A., Lewan M.D. Sources de bitume momifié dans l'Égypte ancienne et la Palestine. Archéométrie. 200244(2) :285-293. http://dx.doi.org/10.1111/1475-4754.t01-1-00060

54. Kim N.S., Rodchenko A.P. Hydrocarbures hopane dans les bitumes des gisements mésozoïques du thalweg régional occidental Enisey-Khatanga. Geologiya i geofizika = Géologie et géophysique russes. 201657(4) : 597-607. https://doi.org/10.1016/j. rgg.2015.06.011

55. Le juge en chef Wendt, Lu Shan-Tan. Sourcing de bitume archéologique dans la région olmèque. J. Arch. Sci. 200633(1):89-97. https://doi.org/10.1016/j.jas.2005.06.012

56. Harrell J.A., Lewan M.D. Sources de bitume momifié dans l'Égypte ancienne et la Palestine. Archéométrie. 200244(2) :285-293. http://dx.doi.org/10.1111/1475-4754.t01-1-00060

57. Mackenzie A.S. Applications des marqueurs biologiques en géochimie pétrolière. Dans : Avancées en géochimie pétrolière. Éd. J. Brooks et D. Welte. Londres : éditeur de presse académique. 19841 : 115-214. https://doi.org/10.1016/ B978-0-12-032001-1.50008-0

58. Le juge en chef Wendt, Lu Shan-Tan. Sourcing de bitume archéologique dans la région olmèque. J. Arch. Sci. 200633(1):89-97. https://doi.org/10.1016/j.jas.2005.06.012

59. Connan J. Biodégradation des pétroles bruts dans les réservoirs. Dans : Avancées en géochimie pétrolière. Éd. J. Brooks et D. Welte. Londres : éditeur de presse académique. 19841 : 299-335. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-032001-1.50011-0

60. Mackenzie A.S. Applications des marqueurs biologiques en géochimie pétrolière. Dans : Avancées en géochimie pétrolière. Éd. J. Brooks et D. Welte. Londres : éditeur de presse académique. 19841 : 115-214. https://doi.org/10.1016/ B978-0-12-032001-1.50008-0

61. Connan J., Dessort D. Du bitume de la Mer Morte dans les baumes d'une momie Égyptienne : Identification par critères moléculaires. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences de Paris Série II. 1989309:1665-1672 (en français).

62. Connan J. Biodégradation des pétroles bruts dans les réservoirs. In : Avancées en géochimie pétrolière. Éd. J. Brooks et D. Welte. Londres : éditeur de presse académique. 19841 : 299-335. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-032001-1.50011-0

63. Connan J., Nissenbaum A., Dessort D. Archéologie moléculaire : exportation d'asphalte de la mer Morte vers Canaan et l'Égypte au cours de l'âge du bronze chalcolithique-premier âge (4e – 3e millénaire av. J.-C.). Géochim. Cosmochim. Acta. 199256(7):2743-2759. https://doi.org/10.1016/0016-7037(92)90357-O

64. Connan J., Dessort D. Du bitume de la Mer Morte dans les baumes d'une momie Égyptienne : Identification par critères moléculaires. Comptes Rendus de l'Académie des Sciences de Paris Série II. 1989309:1665-1672 (en français).

65. Seifert W.K., Moldowan J.M., Demaison G.J. Corrélation de source d'huiles biodégradées. Géochimie organique. 19846:633-643. https://doi.org/10.1016/0146-6380(84)90085-8

66. Connan J., Nissenbaum A., Dessort D. Archéologie moléculaire : exportation d'asphalte de la mer Morte vers Canaan et l'Égypte au cours de l'âge du bronze chalcolithique-ancien (4e – 3e millénaire av. J.-C.). Géochim. Cosmochim. Acta. 199256(7):2743-2759. https://doi.org/10.1016/0016-7037(92)90357-O

67. Boehm P.D., Douglas G.S., Burns W.A., Mankiewicz P.J., Page D.S., Bence E. Application des techniques d'empreintes chimiques et d'allocation des hydrocarbures pétroliers après le déversement de pétrole de l'Exxon Valdez. La pollution marine. Taureau. 199734 : 599-613. http://dx.doi.org/10.1016/S0025-326X(97)00051-9

68. Seifert W.K., Moldowan J.M., Demaison G.J. Corrélation de source d'huiles biodégradées. Géochimie organique. 19846:633-643. https://doi.org/10.1016/0146-6380(84)90085-8

69. Barakat A.O., Qian Y., Kim M., Kennicutt M.C. Caractérisation chimique des résidus pétroliers naturellement altérés en milieu terrestre aride à Al-Alamein, Egypte. Environnement Int. 200127(4):291-310. https://doi.org/10.1016/ S0160-4120(01)00060-5

70. Boehm P.D., Douglas G.S., Burns W.A., Mankiewicz P.J., Page D.S., Bence E. Application de l'empreinte chimique des hydrocarbures pétroliers et des techniques d'allocation après le déversement de pétrole de l'Exxon Valdez. La pollution marine. Taureau. 199734 : 599-613. http://dx.doi.org/10.1016/S0025-326X(97)00051-9

71. Rullkotter J., Spiro B., Nissenbaum A. Caractéristiques des marqueurs biologiques des huiles et des asphaltes des roches mères carbonatées dans un graben qui s'affaisse rapidement, Mer Morte, Israël. Géochim. Cosmochim. Acta. 198549(6) :1357-1370. https://doi.org/10.1016/0016-7037(85)90286-8

72. Barakat A.O., Qian Y., Kim M., Kennicutt M.C. Caractérisation chimique des résidus pétroliers naturellement altérés en milieu terrestre aride à Al-Alamein, Egypte. Environnement Int. 200127(4):291-310. https://doi.org/10.1016/ S0160-4120(01)00060-5

73. Nissenbaum A. Archéologie moléculaire : Géochimie organique des momies égyptiennes. J. Arch. Sci. 199219(1):1-6. https://doi.org/10.1016/0305-4403(92)90002-K

74. Rullkotter J., Spiro B., Nissenbaum A. Caractéristiques des marqueurs biologiques des huiles et des asphaltes des roches mères carbonatées dans un graben qui s'affaisse rapidement, Mer Morte, Israël. Géochim. Cosmochim. Acta. 198549(6) :1357-1370. https://doi.org/10.1016/0016-7037(85)90286-8

75. Nissenbaum A., Aizenshtat Z., Goldberg M. Les blocs d'asphalte flottants de la mer Morte. Physics and Chemistry of the Earth. 198012:157-161. https://doi.org/10.1016/0079-1946(79)90098-3

76. Nissenbaum A. Molecular archaeology: Organic geochemistry of Egyptian mummies. J. Arch. Sci. 199219(1):1-6. https://doi.org/10.1016/0305-4403(92)90002-K

77. Barakat A.O., Mostafa A., Qian Y., Kim M., Kennicutt M.C. Organic geochemistry indicates Gebel El Zeit, Gulf of Suez, is a source of bitumen used in some Egyptian mummies. Geoarchaeology: Int. J. 2005:20(3):211-228. https://doi. org/10.1002/gea.20044

78. Nissenbaum A., Aizenshtat Z., Goldberg M. The floating asphalt blocks of the Dead Sea. Physics and Chemistry of the Earth. 198012:157-161. https://doi.org/10.1016/0079-1946(79)90098-3

79. Harrell J.A., Lewan M.D. Sources of mummy bitumen in ancient Egypt and Palestine. Archaeometry. 200244:285-293. https://doi.org/10.1111/1475-4754.t01-1-00060

80. Barakat A.O., Mostafa A., Qian Y., Kim M., Kennicutt M.C. Organic geochemistry indicates Gebel El Zeit, Gulf of Suez, is a source of bitumen used in some Egyptian mummies. Geoarchaeology: Int. J. 2005:20(3):211-228. https://doi. org/10.1002/gea.20044

81. Dechaine G.P., Gray M.R. Chemistry and association of vanadium compounds in heavy oil and bitumen, and implications for their selective removal. Energy & Fuels. 201024(5):2795-2808. https://doi.org/10.1021/ef100173j

82. Harrell J.A., Lewan M.D. Sources of mummy bitumen in ancient Egypt and Palestine. Archaeometry. 200244:285-293. https://doi.org/10.1111/1475-4754.t01-1-00060

83. Marcano F., Flores R., Chirinos J., Ranaudo M.A. Distribution of Ni and V in A1 and A2 asphaltene fractions in stable and unstable Venezuelan crude oils. Energy&Fuels. 201125(5):2137-2141. https://doi.org/10.1021/ef200189m

84. Dechaine G.P., Gray M.R. Chemistry and association of vanadium compounds in heavy oil and bitumen, and implications for their selective removal. Energy & Fuels. 201024(5):2795-2808. https://doi.org/10.1021/ef100173j

85. Galimov R.A., Krivonozhkina L.B., Romanov G.V., Petrova L.M. Patterns of the distribution of vanadium, nickel and their porphyrin complexes in oil components. Neftekhimiya = Petroleum Chemistry. 19909:12-13 (in Russ.).

86. Marcano F., Flores R., Chirinos J., Ranaudo M.A. Distribution of Ni and V in A1 and A2 asphaltene fractions in stable and unstable Venezuelan crude oils. Energy&Fuels. 201125(5):2137-2141. https://doi.org/10.1021/ef200189m

87. Aleshin G.N., Altukhova Z.P., Antipenko V.R., Marchenko S.P., Kamyanov V.F. Distribution of vanadium and vanadylporphyrins by oil fractions of various chemical types. Neftekhimiya = Petroleum Chemistry. 198424(6):729-732 (in Russ.).

88. Galimov R.A., Krivonozhkina L.B., Romanov G.V., Petrova L.M. Patterns of the distribution of vanadium, nickel and their porphyrin complexes in oil components. Neftekhimiya = Petroleum Chemistry. 19909:12-13 (in Russ.).

89. Nadirov N.K., Kotova A.V., Kamyanov V.F., Titov V.I., Aleshin G.N., Solodukhin V.P., Bakirova S.F., Glukhov G.G., Koryabin N.M. New oils of Kazakhstan and their using: Metals in oils. Alma-Ata: Nauka Publ., 448 p. (in Russ.).

90. Aleshin G.N., Altukhova Z.P., Antipenko V.R., Marchenko S.P., Kamyanov V.F. Distribution of vanadium and vanadylporphyrins by oil fractions of various chemical types. Neftekhimiya = Petroleum Chemistry. 198424(6):729-732 (in Russ.).

91. Spielman P.E.To what extent did the Ancient Egyptians employ bitumen for embalming? J. Egyptian Archaeology. 193218(3/4):177-180. https://doi.org/10.2307/3854980

92. Nadirov N.K., Kotova A.V., Kamyanov V.F., Titov V.I., Aleshin G.N., Solodukhin V.P., Bakirova S.F., Glukhov G.G., Koryabin N.M. New oils of Kazakhstan and their using: Metals in oils. Alma-Ata: Nauka Publ., 448 p. (in Russ.).

93. Zaki A., Iskander Z. Materials and methods used for mummifying the body of Amentefnekht, Saqqara 1941. Ann. Serv. Antiquites Egypte.1943XLII:223-250.

94. Spielman P.E.To what extent did the Ancient Egyptians employ bitumen for embalming? J. Egyptian Archaeology. 193218(3/4):177-180. https://doi.org/10.2307/3854980

95. Marschner R.F., Wright H.T. Asphalts from Middle Eastern Archaeological Sites. In: Archaeological Chemistry – II, ACD Advances in Chemistry series (ed. G.H. Carter). Washington DC, 1978. (171):150-171. https://doi.org/10.1021/ ba-1978-0171.ch010

96. Zaki A., Iskander Z. Materials and methods used for mummifying the body of Amentefnekht, Saqqara 1941. Ann. Serv. Antiquites Egypte.1943XLII:223-250.

97. Pozhidaev V.M., Sergeeva Ya.E., Kamayev A.V. Study of archeological abstract by chromatography-mass spectrometry. Zhurnal analiticheskoj khimii = J. Analit. Chem. 201772(6):699-702. https://doi.org/10.7868/S0044450217060135

98. Marschner R.F., Wright H.T. Asphalts from Middle Eastern Archaeological Sites. In: Archaeological Chemistry – II, ACD Advances in Chemistry series (ed. G.H. Carter). Washington DC, 1978. (171):150-171. https://doi.org/10.1021/ ba-1978-0171.ch010

99. Mills J.S., White R.The Organic Chemistry of Museum Objects. 2e éd. Oxford. Butterworth–Heinemann, Boston., 1994.206 p. eBook ISBN 9780080513355 https:// doi.org/10.4324/9780080513355

100. Pozhidaev V.M., Sergeeva Ya.E., Kamayev A.V. Study of archeological abstract by chromatography-mass spectrometry. Zhurnal analiticheskoj khimii = J. Analit. Chem. 201772(6):699-702. https://doi.org/10.7868/S0044450217060135

101. Serpico M., White R. Resin, pitch and bitumen. In: Ancient Egyptian Materials and Technology. Eds. P. Nicholson, I. Shaw. Cambridge: Cambridge University Press, 2000. P. 430-474

102. Mills J.S., White R.The Organic Chemistry of Museum Objects. 2e éd. Oxford. Butterworth–Heinemann, Boston., 1994.206 p. eBook ISBN 9780080513355 https:// doi.org/10.4324/9780080513355

103. Buckley S.A., Stot, A.W., Evershed R.P. Studies of organic residues from ancient Egyptian mummies using high temperature – gas chromatography – mass spectrometry and sequential thermal desorption – gas chromatography – mass spectrometry and pyrolysis – gas chromatography – mass spectrometry. Analyst. 1999124:443-452. https://doi. org/10.1039/A809022J

104. Serpico M., White R. Resin, pitch and bitumen. In: Ancient Egyptian Materials and Technology. Eds. P. Nicholson, I. Shaw. Cambridge: Cambridge University Press, 2000. P. 430-474


First insights into the metagenome of Egyptian mummies using next-generation sequencing

We applied, for the first time, next-generation sequencing (NGS) technology on Egyptian mummies. Seven NGS datasets obtained from five randomly selected Third Intermediate to Graeco-Roman Egyptian mummies (806 BC–124AD) and two unearthed pre-contact Bolivian lowland skeletons were generated and characterised. The datasets were contrasted to three recently published NGS datasets obtained from cold-climate regions, i.e. the Saqqaq, the Denisova hominid and the Alpine Iceman. Analysis was done using one million reads of each newly generated or published dataset. Blastn and megablast results were analysed using MEGAN software. Distinct NGS results were replicated by specific and sensitive polymerase chain reaction (PCR) protocols in ancient DNA dedicated laboratories. Here, we provide unambiguous identification of authentic DNA in Egyptian mummies. The NGS datasets showed variable contents of endogenous DNA harboured in tissues. Three of five mummies displayed a human DNA proportion comparable to the human read count of the Saqqaq permafrost-preserved specimen. Furthermore, a metagenomic signature unique to mummies was displayed. By applying a “bacterial fingerprint”, discrimination among mummies and other remains from warm areas outside Egypt was possible. Due to the absence of an adequate environment monitoring, a bacterial bloom was identified when analysing different biopsies from the same mummies taken after a lapse of time of 1.5 years. Plant kingdom representation in all mummy datasets was unique and could be partially associated with their use in embalming materials. Finally, NGS data showed the presence of Plasmodium falciparum et Toxoplasma gondii DNA sequences, indicating malaria and toxoplasmosis in these mummies. We demonstrate that endogenous ancient DNA can be extracted from mummies and serve as a proper template for the NGS technique, thus, opening new pathways of investigation for future genome sequencing of ancient Egyptian individuals.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


The Secret Embalming Recipe For Ancient Egyptian Mummies Has Just Been Revealed

After examining an Egyptian mummy from 3,700-3,500 BC and putting it through a wide variety of forensic chemical tests, archaeologists have finally discovered the embalming recipe that ancient Egyptians used to preserve their dead.

Selon le BBC, the mummification recipe is actually much older than archaeologists had suspected and was also used in a much wider fashion than was previously thought as well.

Dr. Stephen Buckley, who is an archaeologist at the University of York, commented that the mummy that he and his team studied "literally embodies the embalming that was at the heart of Egyptian mummification for 4,000 years."

Amazingly, Dr. Buckley and his research team have managed to discover the "fingerprint" of each and every chemical that was employed to preserve these ancient Egyptian mummies and has shared this embalming recipe in a new study.

In terms of the chemicals that were used to mummify Egypt's dead, the embalmers would need plant oil, which may have been sesame oil. They also used a "balsam-type" root extract or plant and it is very possible that these came from the bullrushes. Egyptian embalmers also used a natural sugar that was in the form of a gum that came from plants, and this may have included acacia.

Perhaps one of the most important items needed to mummify Egyptians was conifer tree resin, which archaeologists believe was most likely pine resin. Embalmers would add the resin to the oil, and after this, the resin would be able to successfully keep the body from completely decaying as the mixture was filled with plenty of antibacterial properties.

It was also discovered that the textiles they were studying at this time were estimated to be from 4,000 BC, and ancient Egyptians weren't believed to have started their embalming and mummification process at such an early date as this, according to Dr. Buckley.

To learn more about the start of Egyptian mummification, archaeologists examined a prehistoric mummy that was part of a collection at The Egyptian Museum in Turin, Italy. At no point had archaeologists ever submitted it to any kind of conservation, which means that this mummy was as pure as could be and the perfect specimen to study.

Egyptologist Jana Jones has stated that the Turin mummy was crucial to extracting a precise recipe for ancient Egyptian mummification, which was obtained after rigorous scientific tests were conducted.

As important as the embalming recipe was for these mummies, this was just one aspect of the mummification process. It was crucial that the brain and internal organs were removed from the deceased and that the body was completely dried out in salt.

Once this task was accomplished, the special embalming recipe was used and the bodies of the mummies were wrapped snugly in linen.

When contemplating the enormous effort that ancient Egyptians would have gone through to come up with the perfect mummification recipe, Dr. Buckley noted that this "mummification was at the heart of their culture. The afterlife was just a continuation of enjoying life. But they needed the body to be preserved in order for the spirit to have a place to reside."


3 The Unexpected Head Shot


Oxford&rsquos Natural Museum is home to a famous dodo. The bird is the only of its extinct species that still has soft tissue. Hoping to learn more about the dodo&rsquos evolution, researchers scanned the bird&rsquos mummified head&mdashand found lead pellets lodged in the skull. The bird was waddling around during the 1600s when a hunter came up behind it and shot the dodo in the head.

Dodos were mercilessly hunted on their native Mauritius. For this reason, the discovery might not sound odd at all. But what made the shot so surprising was the supposed history of the Oxford specimen. According to an eye witness, the bird was living in London. It was kept as a popular curiosity so why shoot it?

Perhaps the eyewitness account was false and the bird was already dead when it arrived in Britain. But if the dodo was gunned down in Mauritius, that leaves another mystery. How was the carcass preserved for the long journey back to Britain when nobody had the skills to mummify it?


Characteristics and Use

Natural natron varies in color with the deposit. It can be pure white, or darker grey or yellow. It has a soapy texture when mixed with water, and was used anciently as a soap and mouthwash, and as a disinfectant for cuts and other wounds.

Natron was an important component for making ceramics, paints—it is an important element in the recipe for the paint known as Egyptian blue—glassmaking, and metals. Natron was also used to make faience, the high-tech substitute for precious gems in Egyptian society.

Today, natron is not used as readily in modern-day society, having been replaced with commercial detergent items along with soda ash, which made up for its use as a soap, glass-maker and household items. Natron has decreased dramatically in use since its popularity in the 1800s.



Commentaires:

  1. Indira

    Bravo, quelle est la bonne phrase ... une idée brillante

  2. Z'ev

    nice photo asshopped

  3. Sanson

    Certainement. Je suis d'accord avec tout ce qui est ci-dessus par dit.

  4. Brajora

    Ce message est tout simplement incomparable;)

  5. Lilybeth

    Le choix que vous avez n'est pas facile



Écrire un message