Podcasts sur l'histoire

Embrasser au début du droit islandais

Embrasser au début du droit islandais



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Je lis les lois Grágás de l'Islande primitive et je suis tombé sur un passage que je ne comprends pas :

K155, Ib p.47

« Si un homme embrasse une femme en privé, sans personne d'autre et avec son consentement, il encourt une pénalité de trois points et l'affaire incombe au même homme qu'une affaire de relations sexuelles. Mais si elle s'en offusque, alors l'affaire lui appartient et la peine est un délit moindre."

Est-ce que cela fait référence à un baiser entre un homme et une femme ou est-ce spécifiquement lié au mariage de l'un ou de l'autre ? Cette loi s'appliquait-elle si deux personnes non mariées mais consentantes s'embrassaient ?


Si le baiser était entre des jeunes hétérosexuels célibataires, le garçon serait pénalement responsable envers le père, le tuteur ou un autre membre masculin de la famille de la fille. "… si une femme était une partie lésée et possédait un droit de poursuite, elle devait remettre sa réclamation entre les mains d'un homme." [Byock, "Viking Age Iceland" pp. 317] Après tout, "donner une fille en mariage, un père ou un chef de famille, parfois une femme, c'était investir le capital matrimonial limité de la famille dans une nouvelle alliance de parenté…" [Byock p. 214]

Si le baiser était entre adultes mariés, l'homme serait responsable envers le mari de la femme comme le cas d'adultère dans la saga de Hallfred [Byock pp. 121].

La loi ne régissait pas en réalité toutes les relations sexuelles extraconjugales : il ressort clairement des sagas que le concubinage était une coutume nationale. Gragas l'évoque à peine malgré ses nombreux détails sur les cas de séduction [Byock pp. 134].


Où avons-nous obtenu notre serment ?

Lorsque le président Bush et le vice-président Cheney ont témoigné devant la Commission sur le 11/9 hier, ils n'étaient pas tenus de lever la main droite et de jurer « de dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité ». Cependant, lorsque la conseillère à la sécurité nationale Condoleezza Rice a comparu devant la commission au début du mois, elle a été contrainte de témoigner sous serment. Comment et quand est né le serment ?

La tradition d'exiger des témoins qu'ils prêtent un serment d'honnêteté remonte probablement à l'époque romaine. La légende urbaine prétend que les hommes romains devaient serrer leurs testicules tout en jurant de dire la vérité, c'est pourquoi le mot latin pour témoin est testicule. Les érudits latins ont démystifié cette affirmation colorée, soulignant que testicule vient plus probablement du grec ancien pour "trois" - un témoin étant un troisième observateur des événements. Pourtant, l'orateur Cicéron a fait allusion à l'importance des serments juridiquement contraignants dans De Officiis, et la Loi des Douze Tables, la plus ancienne codification du droit romain, souligne que les parjures « seront précipités du Rocher tarpéien ».

Le mot « serment », cependant, ne vient pas du latin, mais plutôt de l'anglo-saxon. Les Anglo-Saxons utilisaient des serments non seulement pour prêter allégeance aux seigneurs féodaux, mais aussi pour assurer l'honnêteté lors des procédures judiciaires et des transactions. Lorsque le roi anglo-saxon Athelstan a codifié les lois britanniques vers 930 après J. On pense que l'expression « la vérité, toute la vérité et rien que la vérité » a d'abord été inventée en vieil anglais et est devenue un incontournable des procès anglais vers le 13 e siècle.

Malgré l'ajout précoce des serments de témoins à la tradition de la common law anglaise, les témoins n'ont été confrontés à aucune sanction codifiée pour parjure jusqu'au milieu du XVIe siècle. Avant cela, on croyait que le spectre de la vengeance de Dieu suffisait à lui seul pour persuader les témoins de dire la vérité sans fard.

Les premiers colons anglais en Amérique ont introduit la tradition du serment de témoin Noah Webster, par exemple, fait référence au serment de « vérité entière » dans un essai de 1787. L'édition de 1856 de Dictionnaire de droit de Bouvier note qu'après avoir prêté serment, les témoins devaient embrasser la Bible.

Les tribunaux ne sont plus aussi stricts pour s'assurer que les serments contiennent un élément religieux. Les premiers Quakers ont été les premiers Américains à s'opposer au serment de témoin, citant une interdiction dans Jacques 5:12 contre toute forme de serment. (« Mais surtout, mes frères, ne jurez pas, ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. ») Plus récemment, certains athées ont exprimé leur malaise à l'idée de devoir jurer sur une Bible ou mentionner Dieu. En conséquence, un témoin peut demander d'affirmer, plutôt que de jurer. Une affirmation typique utilisée dans les tribunaux de district des États-Unis est :

Les témoins de confessions non judéo-chrétiennes peuvent également demander de substituer un texte alternatif à la Bible. Et les athées peuvent demander à affirmer au sommet d'un simple livre noir.


Loi et gouvernement vikings : la chose

Pour plus d'informations sur la loi viking, le Viking Althing et d'autres faits contre-intuitifs de l'histoire ancienne et médiévale, voir Anthony Esolen’s The Politically Incorrect Guide to Western Civilization.

À l'époque viking, les Scandinaves avaient une culture orale et seule l'écriture runique existait. Cependant, les Vikings avaient à la fois la loi et le gouvernement même sans loi écrite. Tous les hommes libres des Vikings se réunissaient dans leurs communautés pour faire la loi et trancher les affaires lors d'une réunion appelée une Chose. Chaque communauté avait sa propre Chose indépendante.

Plutôt que de régler tous les différends par des duels ou des querelles familiales, la Chose a été instituée à la fois pour rédiger la loi viking et pour trancher les cas de différends au sein de la loi. La Chose s'est réunie à des moments précis et réguliers. Chaque Chose avait un orateur qui récitait la loi de mémoire. Le président de la loi et le chef local jugeaient et réglaient les différends qu'ils entendaient, bien que tous les hommes libres de la communauté aient leur mot à dire. Les choses étaient très probablement dominées par une ou plusieurs familles locales puissantes.

Au niveau le plus bas se trouvaient les Choses locales et communautaires. La Chose de la communauté était alors représentée à la Chose de niveau supérieur suivant. En Islande, les différends et les lois étaient finalement réglés à la Chose nationale, ou à l'Althing.

Les malfaiteurs qui ont été jugés à la Chose et reconnus coupables ont été soit condamnés à une amende, soit déclarés semi-hors-la-loi ou totalement hors-la-loi. Être un hors-la-loi était une punition terrible pour un Viking. Cette personne a été mise en dehors de la loi viking, bannie de la société et ses biens confisqués. Ils ne devaient recevoir aucune aide, aucune nourriture et aucun soutien de qui que ce soit. Outre la terrible solitude, ces personnes pouvaient être tuées par n'importe qui. Ils fuyaient souvent le pays et tentaient de s'installer ailleurs.

Outre le proto-tribunal de la Chose, les différends pourraient également être réglés par arbitrage, où les deux parties conviendraient d'un tiers objectif pour juger entre elles. Un différend pouvait également être réglé par le holmgang, ou duel, qui se livrait soit au premier sang, soit à la mort. Si le litige était porté à la Chose, le perdant pourrait être soumis à une amende, qui serait payée à la partie lésée ou à une mise hors la loi partielle, qui durerait trois ans ou à la mise hors la loi complète comme décrit ci-dessus.

La Chose avait à la fois des pouvoirs judiciaires et législatifs, mais aucun pouvoir d'exécuter une sentence. La famille du lésé exécuterait la peine. La politique, les décisions communautaires et les nouvelles lois étaient aussi des fonctions de la Chose. Ces réunions duraient généralement plusieurs jours, souvent dans une ambiance festive. Les commerçants apporteraient leurs marchandises à la vente et les marchands installeraient des stands pour leurs marchandises. Les choses se tenaient là où l'eau était facile à obtenir, il y avait des pâturages pour les animaux et la pêche ou la chasse fournissaient de la nourriture pour tous. Les maîtres brasseurs apportaient des barils de bière et d'hydromel. Pendant la Chose, des mariages ont été arrangés, des alliances ont été conclues, des nouvelles et des commérages échangés et des amitiés établies et renouvelées.

Cet article fait partie de notre plus grande sélection d'articles sur l'histoire des Vikings. Pour en savoir plus, cliquez ici pour notre guide complet sur l'histoire des Vikings

Vous pouvez également le consulter en cliquant sur les boutons à gauche.


Quand l'inceste est le meilleur : les cousins ​​qui s'embrassent ont plus de parenté

Ce n'est pas tout à fait de l'inceste. Et même si cela augmentera vos chances de donner naissance à un bébé en bonne santé, c'est un peu peu orthodoxe, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, les scientifiques de la société de biotechnologie islandaise deCODE génétique disent que lorsque les troisième et quatrième cousins ​​procréent, ils ont généralement des tas d'enfants et de petits-enfants (par rapport à tout le monde).

On s'est longtemps demandé comment la parenté influence le succès reproductif. Des études antérieures ont découvert des corrélations positives, mais les données biologiques ont été assombries par des facteurs socio-économiques (tels que l'âge moyen du mariage et la taille de la famille) dans les populations où le mariage consanguin est courant, comme en Inde, au Pakistan et au Moyen-Orient. La nouvelle étude, cependant, a pu faire la lumière sur la raison biologique des découvertes antérieures.

Les scientifiques sont arrivés à leurs conclusions après avoir étudié les dossiers de plus de 160 000 couples islandais dont les membres sont nés entre 1800 et 1965. "L'avantage d'utiliser l'ensemble de données islandais réside dans le fait que cette population est petite et l'une des sociétés les plus socio-économiquement et culturellement homogènes du monde. », rapportent les chercheurs dans Science, "avec peu de variation dans la taille de la famille [et] l'utilisation de contraceptifs et les pratiques matrimoniales, contrairement à la plupart des populations étudiées précédemment."

Les résultats de l'étude exhaustive sont constants tout au long des générations analysées. Les femmes nées entre 1800 et 1824 qui se sont accouplées avec un cousin au troisième degré avaient significativement plus d'enfants et de petits-enfants (4,04 et 9,17, respectivement) que les femmes qui se sont mariées avec une personne pas plus proche qu'un cousin au huitième (3,34 et 7,31). Ces proportions se sont maintenues chez les femmes nées plus d'un siècle plus tard alors que les couples avaient, en moyenne, moins d'enfants.

Malgré la tendance générale du succès reproductif favorisant la parenté proche, les couples qui étaient cousins ​​germains ou plus étroitement apparentés n'avaient pas autant d'enfants. La raison la plus probable, disent les scientifiques : la progéniture de parents aussi proches était susceptible d'avoir une durée de vie beaucoup plus courte, en raison du risque d'hériter de mutations génétiques nocives.

"Avec la consanguinité étroite&mdashentre cousins ​​germains&mdashil y a une augmentation significative de la probabilité que les deux partenaires partagent un ou plusieurs gènes récessifs nuisibles, conduisant à une probabilité de 25 % que ces gènes soient exprimés à chaque grossesse", déclare Alan Bittles, directeur du Center for Human Genetics à l'Université Edith Cowan de Joondalup, en Australie, qui n'a pas participé à l'étude.

Fait intéressant, un argument évolutif en faveur de l'accouplement avec un parent est que cela pourrait réduire le risque pour une femme de faire une fausse couche causée par une incompatibilité immunologique entre une mère et son enfant. Certaines personnes ont un antigène (une protéine qui peut déclencher une réponse immunitaire) à la surface de leurs globules rouges appelé facteur rhésus&mdashcouramment abrégé "Rh". cellules sanguines, ce qui pourrait inciter le système immunitaire de la mère à traiter le fœtus comme un intrus étranger, provoquant une fausse couche. Cet événement est moins probable si les parents sont étroitement liés, car leur composition sanguine est plus susceptible de correspondre.

"Il se pourrait bien que l'amélioration du succès de reproduction observée dans l'étude islandaise au niveau des troisièmes [et] quatrièmes cousins, qui en moyenne auraient hérité de 0,8 à 0,2 % de leurs gènes d'un ancêtre commun", dit Bittles. , "représente ce point d'équilibre entre les avantages et les inconvénients concurrents de la consanguinité et de la consanguinité."


Comment l'Islande est-elle gouvernée ?

L'Islande est une république constitutionnelle avec un système multipartite. Le chef de l'Etat est le Président. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. L'Islande est sans doute la plus ancienne démocratie parlementaire du monde, avec le Parlement, l'Althingi, créé en 930. Le pouvoir législatif appartient à la fois au Parlement et au Président. Le pouvoir judiciaire est indépendant de l'exécutif et du législatif.

Tous les quatre ans, l'électorat choisit, au scrutin secret, 63 représentants pour siéger à Althingi. Toute personne ayant le droit de vote, à l'exception du Président et des juges de la Cour suprême, peut se porter candidate au Parlement. Après chaque élection, le président donne au chef d'un parti politique le pouvoir de former un cabinet, en commençant généralement par le chef du plus grand parti. En cas d'échec, le président demandera à un autre chef de parti politique de former un gouvernement.

Un cabinet de ministres reste au pouvoir jusqu'aux prochaines élections générales ou jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement. Les ministres siègent à l'Althingi, mais seuls les élus ont le droit de vote au parlement.

Le président est élu au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans, sans limite de mandat.

Le pouvoir judiciaire appartient à la Cour suprême, à la Cour d'appel et aux tribunaux de district.


Bienvenue dans le seul musée au monde consacré aux pénis

En 1974, à l'âge de 33 ans, un professeur d'histoire islandais nommé Sigur&#ur Hjartarson a reçu un pénis.

C'était un pénis de taureau séché, long et mou, du genre souvent utilisé dans la campagne islandaise pour fouetter les animaux de la ferme, et un collègue de Hjartarson le lui a donné comme blague lors d'une fête de vacances après avoir entendu comment Hjartarson en avait un. en tant que garçon. Bientôt, d'autres enseignants ont commencé à lui apporter des pénis de taureau. La blague a fait son chemin et des connaissances des stations baleinières de l'île ont commencé à lui donner les extrémités coupées des pénis de baleine lorsqu'elles ont massacré leurs prises.

"Finalement, cela m'a donné une idée", m'a dit Hjartarson lorsque je l'ai récemment rencontré à Reykjavík. “Cela pourrait être un défi intéressant de collecter des spécimens de toutes les espèces de mammifères en Islande.”

Cela a pris du temps, mais avec suffisamment de temps, le vrai dévouement l'emporte sur tous les obstacles. Au cours de décennies de collecte et de catalogage méticuleux, Hjartarson a acquis 283 membres de 93 espèces différentes de mammifères, les logeant dans ce qu'il a surnommé le Musée phallologique islandais. Il a finalement atteint son objectif en 2011, lorsqu'il a acquis le pénis d'un défunt Homo sapiens. Ce faisant, il a rassemblé ce qui doit être la collection d'organes sexuels masculins la plus complète au monde.

N'importe qui dans la capitale Reykjavík avec 1250 couronnes islandaises à revendre (environ 10 $) peut voir la collection, maintenant logée dans un modeste espace au niveau de la rue dans un coin animé du centre-ville. Dans la pièce tapissée d'étagères en bois, Hjartarson a emballé un nombre impressionnant de spécimens, pour la plupart conservés dans du formaldéhyde et exposés debout dans des bocaux en verre. Parmi les collections se trouvent des dizaines de pénis de baleines géantes, de minuscules pénis de cobaye, de hamster et de lapin ridés, des pénis de cheval gris et un pénis de bélier enroulé qui a l'air troublant d'être humain. Certains sont mous, appuyés contre les parois de leurs jarres, tandis que d'autres semblent avoir été conservés à l'état dressé.

Les murs sont décorés de pénis de baleine séchés, montés sur des plaques comme des trophées de chasse, ainsi que d'art ironique sur le thème du pénis (une sculpture des pénis de l'équipe olympique islandaise de handball médaillée d'argent, par exemple) et d'autres pénis à base d'artefacts, comme des abat-jours fabriqués à partir de scrotums de taureau séchés. Le plus grand spécimen du musée, un cachalot, mesure près de six pieds de haut, pèse environ 150 livres et est conservé dans un réservoir de verre géant boulonné au sol. Hjartarson m'a expliqué qu'il ne s'agissait que de l'extrémité du pénis complet de la baleine, qui ne pouvait pas être transporté intact lorsque la créature est morte, et qu'il mesurait à l'origine environ 16 pieds de long et pesait plus de 700 livres.

Parlant de son sanctuaire sans égal pour l'anatomie masculine, Hjartarson est modeste - il se considère comme une personne conventionnelle et semble aussi perplexe que quiconque qu'il ait poursuivi un passe-temps décalé à des fins aussi extrêmes. "Collecter des pénis, c'est comme collectionner n'importe quoi d'autre, je suppose", a-t-il déclaré. “Une fois que j'ai commencé, je ne pouvais plus m'arrêter.”

Au cours des premières décennies de sa collection, il l'a fait à côté, continuant à travailler comme enseignant puis directeur d'école dans la ville d'Akranes, sur la côte sud-ouest de l'Islande. En 1980, il avait 13 spécimens au total : quatre gros pénis de baleine, ainsi que neuf d'animaux de ferme, qui lui ont été apportés par des amis qui travaillaient dans des abattoirs. Bien qu'il ait simplement séché les pénis pour commencer, il a commencé à les conserver dans du formaldéhyde afin qu'ils conservent plus fidèlement leur aspect d'origine. Au cours de la décennie, sa collection s'agrandit lentement : en 1990, il a amassé 34 spécimens. Après l'interdiction internationale de la chasse commerciale à la baleine en 1986, Hjartarson conduisait plusieurs heures jusqu'à la côte dans l'espoir d'un pénis de baleine lorsqu'il entendit parler d'un animal échoué aux nouvelles. Les réponses qu'il a reçues de ses amis et de sa famille, a-t-il dit, étaient "positives pour cent à 2 099 %", bien qu'un peu perplexes. "C'est un pays libéral", a-t-il expliqué. « Quand les gens ont vu que ma collection n'était pas pornographique, mais pour la science, ils n'ont pas eu de problème avec ça. »

En août 1997, lorsque Hjartarson avait acquis 62 pénis (y compris ceux de phoques, de chèvres et de rennes), il a décidé de partager son obsession avec le public, en s'installant dans un endroit à Reykjav&# et en facturant un petit droit d'entrée. Au fur et à mesure que la nouvelle du musée se répandait, il a commencé à attirer quelques milliers de visiteurs par an, et certains sont venus avec des cadeaux : un pénis de cheval, un pénis de lapin, un pénis de taureau qui a été salé, séché et transformé en une marche de trois pieds de haut. coller. En 2004, après la retraite de Hjartarson, il a brièvement déplacé le musée dans le village de pêcheurs de H & 250sav&# 237k et l'a annoncé avec un pénis en bois géant à l'extérieur. En 2011, sa santé déclinant, il convainc son fils Hjörtur Gísli Sigurðsson de prendre en charge les opérations quotidiennes alors que le conservateur et le duo déplacent la collection (alors forte de plus de 200 spécimens) à son emplacement actuel. . Ils disent qu'il attire maintenant environ 14 000 personnes par an, principalement des touristes étrangers. En grandissant en tant que fils du gars qui collectionne les pénis, Sigurðsson m'a dit : "Certains de mes amis ont plaisanté à ce sujet, peut-être un peu, mais ils ont fini par s'y mettre aussi et ont voulu nous aider à les collectionner.& #8221


Les 34 moments les plus scandaleux, scandaleux et mémorables de l'histoire des Oscars

Les Oscars sont une célébration du cinéma ainsi que des personnes qui les réalisent. Nous aimons les drames et les comédies qui se jouent sur grand écran, et nous aimons aussi le drame réel qui se déverse sur la scène des Oscars. La plus grande soirée d'Hollywood a une longue histoire de scandales et de controverses, des gagnants refusant leurs récompenses à l'échec total de "Adele Dazeem".

Jusqu'à ce que la cérémonie de dimanche nous apporte plus de chocs, de caisses à savon et d'expressions faciales mémorables, revenons sur les moments les plus époustouflants, les plus époustouflants et les plus mémorables de l'histoire des Oscars.

Les controverses ont commencé au début de l'histoire des Oscars. Lors de la cinquième cérémonie, le scénariste Dudley Nichols (en haut à droite) a refusé le prix qu'il a remporté pour L'informateur. La Screen Writers Guild était encore nouvelle à Hollywood et les studios essayaient d'empêcher la syndicalisation. Pour promouvoir leur cause, la Screen Actors Guild et la Writers Guild ont demandé aux membres de boycotter la cérémonie. Alors que la plupart des stars se sont présentées pour la soirée des Oscars, Nichols est resté fidèle au boycott et a sauté la cérémonie. Quelques années plus tard, il est élu chef de la guilde.

Les Oscars distribuaient des petits hommes d'or depuis 1929, mais ce n'est qu'en 1940 qu'un acteur noir a remporté un Oscar. Hattie McDaniel a remporté le prix d'actrice dans un second rôle pour son travail dans Emporté par le vent, mais même être une nouvelle lauréate d'un Oscar ne l'a pas épargnée des indignités cruelles de la ségrégation&mdashMcDaniel a dû s'asseoir à l'arrière de la salle, séparé du reste de la distribution. Il faudra encore 51 ans avant que la prochaine femme afro-américaine ne remporte un Oscar d'acteur : Whoopi Goldberg en a remporté un pour son rôle de soutien dans Fantôme.

Des années avant que la technologie CGI et l'hologramme ne rendent ce genre de cascade un jeu d'enfant, les Oscars ont demandé à Donald Duck d'animer une partie de l'émission. Le personnage animé est apparu dans un film et a interagi avec les autres animateurs de l'émission, Bob Hope, Jack Lemmon, David Niven, Rosalind Russell et James Stewart. Aucun mot sur le fait que Donald devait porter un pantalon pour l'occasion.

Elizabeth Taylor avait l'habitude d'être au centre des potins d'Hollywood, mais elle était dans l'œil d'un ouragan scandaleux après la révélation de sa liaison avec Eddie Fisher. Fisher était marié à la chérie de l'Amérique, Debbie Reynolds, à l'époque et les habitants d'Hollywood serraient leurs perles avec horreur. Lorsque Taylor a joué le rôle d'une call-girl de grande classe dans Butterfield 8, aux côtés de Fisher, il a soulevé encore plus de sourcils. Taylor a cependant attiré la sympathie lorsqu'elle est tombée gravement malade d'une pneumonie. Elle a ensuite remporté son seul Oscar pour son travail dans le film, arrivant à la cérémonie frêle et à bout de souffle.

Les électeurs des Oscars ont récompensé la puissante performance de Sidney Poitier dans Lys des champs avec l'Oscar du meilleur acteur, dans un champ bondé qui comprenait Rex Harrison (Cléopâtre) et Paul Newman (Hud). Poitier a été le premier homme noir à gagner dans la catégorie du meilleur acteur, et dans son discours de remerciement, il a noté que c'était "un long voyage jusqu'à ce moment". Frustrant, quand Anne Bancroft a donné un bisou à Poitier sur la joue en lui remettant le prix, les racistes se sont tous énervés. Il faudra encore 38 ans avant qu'un autre homme noir ne remporte le prix du meilleur acteur et que Denzel Washington remporte le prix en 2001 pour Training Day.

Les égalités dans le vote aux Oscars sont incroyablement rares, mais cela arrive, comme en témoigne l'Oscar de la meilleure actrice en 1969, partagé par Katharine Hepburn et Barbra Streisand. La présentatrice Ingrid Bergman a été choquée lorsqu'elle a ouvert l'enveloppe. L'égalité a été rendue moins gênante par le fait que Hepburn, qui a gagné pour Le Lion en hiver, selon sa coutume, n'a pas assisté au spectacle, laissant Streisand se délecter du moment de sa première victoire aux Oscars pour Fille drôle.

George C. Scott n'était pas connu pour déconner, alors quand il a dit à l'Académie qu'il ne viendrait pas à leur remise de prix, il le pensait vraiment. "Les cérémonies sont un défilé de viande de deux heures, un affichage public avec un suspense artificiel pour des raisons économiques", a "harmonisé George C. Scott à la presse", selon le Los Angeles Times, et il n'avait aucune intention d'être impliqué. Scott n'a pas pu s'empêcher d'être nominé, et il n'a pas pu empêcher les électeurs des Oscars d'admirer son travail dans Patton. Il a remporté le prix du meilleur acteur, mais quand son nom a été appelé ("Oh mon dieu", a déclaré la présentatrice Goldie Hawn, lorsqu'elle a réalisé ce qui allait se passer), il était loin, très loin d'Hollywood et de tout son battage. Patton producteur Frank McCarthy a accepté le prix à la place.

Marlon Brando a reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle dans Le parrain. Ainsi, lorsque l'actrice et militante amérindienne Sacheen Littlefeather est montée sur la scène des Oscars à la place, ce fut une énorme surprise. Mais ce qu'elle avait à dire était encore plus étonnant. "Je représente Marlon Brando ce soir", a déclaré Littlefeather, "et il m'a demandé de vous dire. ." Son discours a été accueilli par un mélange de huées et d'applaudissements. Littlefeather a déclaré plus tard : « John Wayne était dans les coulisses, prêt à me faire sortir de scène.

Alors que l'acteur David Niven était sur le point de présenter Elizabeth Taylor, Robert Opel a traversé la scène dans son costume d'anniversaire. Niven cligna à peine des yeux avant de répondre froidement, "N'est-ce pas fascinant de penser que probablement le seul rire que l'homme aura jamais dans sa vie sera de se déshabiller et de montrer ses défauts ?" Peut-être plus choquant que la séquence est le fait qu'Opel n'a pas été arrêté ou même expulsé de la série. En fait, il a tenu une conférence de presse, déclarant aux journalistes: "Les gens ne devraient pas avoir honte d'être nus en public. En plus, c'est une sacrée façon de lancer une carrière."

Cher sait toujours comment faire une déclaration, alors quand sa performance très sérieuse dans Masque a été négligée par l'Académie, elle a foulé le tapis rouge dans une tenue qui garantissait qu'elle ne pouvait plus être négligée. Elle portait une tenue de perles noires à couper le souffle avec un casque en plumes assorti, créé par son collaborateur fréquent de conception Bob Mackie. Interrogée sur son ensemble extravagant, elle a déclaré: "Comme vous pouvez le voir, j'ai reçu mon livret de l'Académie sur la façon de s'habiller comme une actrice sérieuse." Elle n'est pas seulement une icône de la mode, mais aussi une icône de l'ombre.

Comment cochez-vous Mary Poppins elle-même ? Demandez à Rob Lowe de chanter un riff sur "Proud Mary" avec Blanche-Neige, apparemment. Lors de la 61e cérémonie des Oscars, Rob Lowe est monté sur scène avec Blanche-Neige (interprété par Eileen Bowman) et a interprété un sketch hors cible et hors cible de 15 minutes qui vivra dans l'infamie des Oscars. Non seulement le New York Times écrire que le morceau avait gagné "une place permanente dans les annales des embarras des Oscars", mais le spectacle a été poursuivi par Disney et 17 célébrités, dont Paul Newman, Gregory Peck, Billy Wilder et Julie Andrews (oui, Mary Poppins), tous ont écrit une lettre qualifiant le spectacle de "gênant à la fois pour l'Académie et pour l'ensemble de l'industrie de l'image". Il est plus facile de trouver des vidéos de Bigfoot que de cette routine en ligne.

Quand Jack Palance a remporté l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour son rôle dans Les citadins il en a profité pour faire un point sur l'âgisme à Hollywood. Il a dit que les réalisateurs hésitaient toujours à choisir des hommes de son âge, car ils ne savaient pas ce qu'ils pouvaient ou ne pouvaient pas faire. Pour prouver qu'il était capable de presque tout, il est descendu sur scène pour des pompes à un bras. Ça va le faire.

Susan Sarandon, Tim Robbins et Richard Gere ont profité de leur place sur la scène des Oscars pour s'exprimer sur des causes politiques qui leur tiennent à cœur. (Sarandon et Robbins ont parlé du traitement des Haïtiens séropositifs, tandis que Richard Gere a dénoncé l'invasion du Tibet par la Chine.) Le tollé suscité par leur politisation des Oscars les a tous trois exclus à vie de l'émission. Cette interdiction a disparu, cependant, lorsque Sarandon a remporté le prix de la meilleure actrice en 1996 pour homme mort, marche, suivi de la victoire de Robbins pour le meilleur acteur dans un second rôle en 2004 pour la rivière mystique. On ne sait pas si l'interdiction de Richard Gere a également été mystérieusement levée.

Marisa Tomei était une prétendante au cheval noir lors de la course aux Oscars de 1993, elle a joué la Mona Lisa Vito impétueuse et bruyante dans la comédie Mon cousin Vinny, ce qui n'est pas votre tarif typique des Oscars. De plus, elle était confrontée à des puissances comme Judy Davis, Vanessa Redgrave et Miranda Richardson. Il semblait impossible qu'elle gagne, pourtant c'est le nom de Tomei que Jack Palance a annoncé. La victoire de Tomei était si inattendue qu'il y a une rumeur persistante selon laquelle Palance a nommé la mauvaise personne, mais l'Académie et même les comptables exigeants qui vérifient les résultats nient avec véhémence.

Dans l'un des plus grands bouleversements de l'histoire des Oscars, la comédie romantique historique mettant en vedette Gwyneth Paltrow et Joseph Fiennes (ce dernier en tant que barde lui-même) a en quelque sorte battu l'épopée de guerre de Steven Spielberg. Sauver le soldat Ryan pour la meilleure image. Spielberg n'est cependant pas rentré chez lui les mains vides : il a été nommé meilleur réalisateur.

L'acteur-réalisateur italien Benigni a remporté le prix du meilleur film en langue étrangère pour son travail dans le déchirant La vie est belle. Il l'a également mérité pour avoir fait un film sur l'Holocauste qui était aussi drôle à rire. Benigni était tellement excité lorsque Sophia Loren l'a annoncé comme vainqueur qu'il s'est tenu debout sur sa chaise (avec un peu d'aide de Steven Spielberg) et a agité les mains avec une joie pure. Il a ensuite grimpé sur les chaises (et les personnes assises dessus) avant de sauter dans l'allée vers la scène.

Il ne fait aucun doute qu'Elia Kazan est l'un des grands réalisateurs d'Hollywood, avec des films comme Au bord de l'eau et Un tramway nommé Désir à son crédit. Mais il s'est aussi fait beaucoup d'ennemis pendant l'ère McCarthy en désignant des personnes comme des communistes présumés. Des décennies plus tard, Hollywood lui a accordé un Oscar honorifique, mais c'était toujours une décision controversée. Le public était divisé sur la façon de réagir alors que le Los Angeles Times a rapporté, Warren Beatty et Meryl Streep ont fait une ovation debout, et Steven Spielberg a choisi d'applaudir depuis son siège, tandis que Nick Nolte et Ed Harris ne se sont ni levés ni n'ont applaudi.

Angelina Jolie est une telle pro des relations publiques maintenant qu'il est difficile d'imaginer qu'elle a déjà causé un désordre. Mais c'est ce qu'elle a fait en acceptant son prix de la meilleure actrice dans un second rôle en 2000. Après avoir serré dans ses bras son frère, James Haven, qui l'accompagnait à la cérémonie, Jolie a commencé son discours en disant : "Je suis sous le choc et je suis tellement amoureuse avec mon frère en ce moment. Il m'a juste tenu dans ses bras et a dit qu'il m'aimait et je sais qu'il est si heureux pour moi. (Sans parler du baiser controversé que les frères et sœurs ont partagé sur le tapis rouge ce soir-là, qui reflétait celui qu'ils avaient échangé aux Golden Globes quelques mois plus tôt.)

Avec elle Un danseur dans la nuit numéro "I've Seen It All" nominé pour la meilleure chanson originale, l'oiseau chanteur islandais Björk a remporté les Oscars dans un envol à plumes. Vêtue d'une robe cygne Marjan Pejoski, la chanteuse a également déposé (déposé ?) un œuf sur le tapis rouge pour compléter la tenue. C'est devenu l'une des robes les plus mémorables jamais ornées du tapis des Oscars, a déclaré Pejoski plus tard Le journaliste hollywoodien, "Sans des gens comme elle, ce serait ennuyeux." Trop vrai.

Halle Berry a joué Leticia Musgrove dans Bal des monstres, une mère célibataire qui s'implique avec l'homme raciste qui a exécuté son mari. Lorsqu'elle a remporté le prix de la meilleure actrice en 2002 pour sa performance, elle a pleuré sur scène. "Ce moment est tellement plus grand que moi", a-t-elle déclaré dans son discours de remerciement. "Ce moment est pour Dorothy Dandridge, Lena Horne, Diahann Carroll. C'est pour les femmes qui se tiennent à mes côtés, Jada Pinkett, Angela Bassett et mdashand, c'est pour chaque femme de couleur sans nom et sans visage qui a maintenant une chance parce que cette porte a été ouverte ce soir. " Cependant, aucune femme noire n'a remporté le prix depuis.

Adrien Brody a su profiter d'un moment. Lorsqu'il a remporté le prix du meilleur acteur pour Le pianiste en 2003, il a attrapé sa statue en or et lui a donné la fille. Il a planté un énorme baiser sur Halle Berry sans méfiance, qui essayait juste de faire son travail et de remettre son prix à l'homme. Elle l'a accepté, mais le baiser surprise a frappé une note amère pour beaucoup.

Avant la cérémonie de remise des prix, le favori présumé du meilleur film était le film acclamé par la critique montagne de Brokeback, l'histoire d'amour de cow-boy d'Ang Lee avec Jake Gyllenhaal et Heath Ledger. Ce fut un tel choc quand crash a été annoncé que même le présentateur Jack Nicholson semblait abasourdi. Le film est maintenant régulièrement désigné comme l'un des pires gagnants du meilleur film de tous les temps.

Ce fut un moment doux-amer lorsque le nom de Heath Ledger a été appelé aux Oscars 2009. Il avait remporté le prix du meilleur acteur dans un second rôle pour son travail dans Le Chevalier Noir, mais était décédé d'une overdose des mois auparavant. Dans un moment sombre, la famille de Ledger a accepté la statuette au nom de sa fille alors âgée de trois ans, Matilda.

Best Supporting Actress Melissa Leo might have won in 2011 for her role in The Fighter, but it was another F-word that got her in trouble on Oscars night. Flummoxed by her win, Leo got to the stage and let loose. &ldquoWhen I watched Kate [Winslet] two years ago, it looked so fucking easy!&rdquo she said. Somewhat surprisingly, it was the first time anyone had ever dropped the F-bomb on the Oscars mic. No harm, no foul (word), though&mdashthe censors caught and bleeped the swear.

Jennifer Lawrence would probably agree that this now-classic gaffe is something that would only happen to her. On her way to accept the award for Best Actress for her Silver Linings Playbook role, Lawrence tripped on her dress while ascending the stairs. Luckily, Hugh Jackman was there to help her to her feet, and Lawrence took the stage in good humor. The impromptu spill earned her a standing ovation. "You guys are just standing up because you feel bad that I fell," she joked in her acceptance speech. "That's really embarrassing."

And after J.Law fell on the stairs and collected her Best Actress award, she flipped the bird in the press room. Was she joking? Was she serious? Who knows!

John Travolta should have practiced his lines a little more before taking the stage at the Oscars. When he introduced Idina Menzel, he stumbled over the Frozen star's name. In a moment the internet loved, the actor said, "Please welcome the wickedly talented, one and only Adele Dazeem." Twitter couldn't, ahem, let it go, and quickly supplied jokes about the flub. Menzel got her revenge, though. In 2015 she hit the Oscars stage with her "dear friend Glom Gazingo." Who's that? John Travolta, of course.

If Bradley Cooper ever wanted out of Hollywood, maybe he could make it as a photographer. The actor helped host Ellen DeGeneres snap a selfie with other A-listers, including Meryl Streep, Jennifer Lawrence, Brad Pitt, Angelina Jolie, and Lupita Nyong'o. Ellen tweeted the photo with the caption, "If only Bradley's arm was longer. Best photo ever," and within an hour it became the most retweeted photo of all time.

While #OscarSoWhite was the go-to hashtag about 2016's embarrassingly monochromatic nominees, host Chris Rock's monologue made #OscarsSoAwkward, too. Rock boldly addressed the race issue head-on, unapologetically (and rightly) eviscerating Hollywood for its long history of racism. "I'm here at the Academy Awards, otherwise known as the White People's Choice Awards," he said. "You realize if they nominated hosts, I wouldn't even get this job. Y'all would be watching Neil Patrick Harris right now." But when he brought out former Fox News commentator Stacey Dash, calling her the show's "new director of our minority outreach program," the joke tanked&mdashhard. And while some knew that Dash had previously called for the dissolution of both BET and Black History Month, many audience members had no idea who she was or why she was there&mdashnot a great recipe for a joke.

The Best Picture announcement is always the exciting culmination of a lengthy, glitzy night of honors. But in 2017, it was even more surprising than usual. Presenter Warren Beatty read out the wrong winner, La La Land, after mistakenly being given the wrong card&mdasha duplicate of the Best Actress card that bore Emma Stone's name for her La La Land performance. Only once the film's cast and crew had arrived on stage was the error corrected, and La La Landproducer Jordan Horowitz took to the mic to say, "I'm sorry, there's a mistake. Moonlight, you guys won best picture."

At the first Oscars post-Moonlight/La La Land-gate, there were plenty of allusions to the memorable mix-up. During host Jimmy Kimmel's monologue (back for the second year in a row) he declared, &ldquoThis year, when you hear your name called, don't get up right away. Give us a minute. We don't want another thing.&rdquo When Mark Hamill presented an award he hilariously remarked "Don't say La La Land." Faye Dunaway and Warren Beatty were even given a second shot at presenting a trophy. Perhaps the most hilarious moment came when director Guillermo del Toro double-checked the envelope upon winning Best Director for The Shape of Water.

Another standout moment from the night came minutes before Del Toro won the Best Director Oscar. Presenter Emma Stone addressed the lack of gender representation in the directing branch's history (only five women have been nominated in 92 years). She delivered these mic-drop remarks before reciting the nominees:

"It is the director whose indelible touch is reflected on every frame. It is the director who, shot by shot, scene by scene, day by day, works with every member of the crew to further the story. And it is the vision of the director that takes an ordinary movie and turns it into a work of art. These four men and Greta Gerwig created their own masterpieces this year."

The biggest controversy of the 2019 Oscars came months before a single trophy was given out. On December 4, Kevin Hart was named as the host of the 91st Academy Awards. After a series of homophobic tweets made by Hart resurfaced, many called for him to step down from hosting duties. On December 7, he finally apologized for his remarks and resigned from the gig. The show eventually went on without a host, a trend that has continued in 2020.

A Star is Born was one of the most buzzed-about movies of 2018. So all eyes were on Lady Gaga and Bradley Cooper when they took the stage to perform their Oscar-winning song "Shallow." But no one was prepared for just how much chemistry the pair would have in real-life, emerging from their seats in the audience to deliver a performance that had everyone talking. Romance rumors eventually proved false, but this performance will remain legendary.


Caveat

As everyone that works in the area of genealogical research is aware, this is an inexact science, especially when working with broad brushstrokes, i.e. surnames. I thus decided to exclude many common Irish names in McLysaght’s list (e.g. Moore, Lee, McDowell, Talbot, Needham, Reynolds et Thornton) because they were equally or even more common in England or Scotland. As they owned so many slaves in total (tens of thousands!) their inclusion would have fundamentally skewed the overall number. This problem has also led to the exclusion of many Ulster-Scots surnames as well as omitting the names of Irish people with more traditional English, Welsh and Scottish names. I had planned to cross reference Irish surnames with slave-ownership in the French, Dutch, Danish, Portuguese and Spanish colonies, but I simply ran out of time and the means to complete this. I thus predict that my overall estimate will prove to be an underestimation.

But it should be acknowledged that this methodology leads to a collection of data that is anecdotal, and until further research is done into each individual slave-owner on the list, we cannot claim certainement that these names represent a person of Irish descent. It also does not tell us when these family lines settled in the various colonies, and it is reasonable to assume that some go back many generations. As Dr. Stephen Mullen pointed out, some of these names may even be former slaves, or second or third generation Irish who came to the colonies via England. This is complex.

Yet despite these limitations and numerous caveats, I believe that my data, while cursory, is suggestive of the level of slave-ownership among those of Irish descent. Hopefully this tentative review will lead to more in-depth research that will tease out the complexities of these family histories.


The Examination of a Witch by Matteson

1853 painting by Thompkins H. Matteson, American painter.

In Denmark, the burning of witches increased following the reformation of 1536. Christian IV of Denmark, in particular, encouraged this practice, and hundreds of people were convicted of witchcraft and burned. In England, the Witchcraft Act of 1542 regulated the penalties for witchcraft. In the North Berwick witch trials in Scotland, over seventy people were accused of witchcraft on account of bad weather when James VI of Scotland, who shared the Danish king’s interest in witch trials, sailed to Denmark in 1590 to meet his betrothed, Anne of Denmark.

The sentence for an individual found guilty of witchcraft or sorcery during this time, and in previous centuries, typically included either burning at the stake or being tested with the “ordeal of cold water” or judicium aquae frigidae. Accused persons who drowned were considered innocent, and ecclesiastical authorities would proclaim them “brought back,” but those who floated were considered guilty of practicing witchcraft, and burned at the stake or executed in an unholy fashion.


This 1783 Volcanic Eruption Changed The Course Of History

The sun fades away, the land sinks into the sea,
the bright stars disappear from the sky,
as smoke and fire destroy the world,
and the flames burn the sky.
- The end of the world according to the "Völuspa," a collection of Icelandic myths

Volcanoes are not an unusual sight on Iceland, but the eruption that began on June 8, 1783, in the southern district of Síða was something that had never seen before. During the next eight months, an estimated 14 km³ (about 3.7 quadrillion gallons, enough to fill 330 feet deep valleys entirely) of lava poured out from 135 fissures and volcanic craters near the town of Klaustur. The lava from the fissures ended up covering an estimated 2,500 km² (965 sq mi) of land, which threatened to overrun not only many farms but also the entire town. The newly formed chain of volcanoes was named later Laki.

Map showing the chain of fissures and craters of Laki on the upper bottom. The lava flows moved . [+] towards the sea and surrounded the town of Klaustur. Image from Magnus Stephensen's Kort Beskrivelse: Vester-Skaptefields-Syssel paa Island (1785). Image in public domain.

The pastor and self-taught naturalist of Klaustur, Jón Steingrímsson, described the unfolding disaster:

The flood of fire flowed with the speed of a great swollen river with meltwater on a spring day. [] Great cliffs and slabs of rock were swept along, tumbling about like large whales swimming, red-hot and glowing.

Fortunately, the lava flows stopped in time, ending the danger. So it seemed, anyway.

It tuned out, however, that the lava wasn't the only threat to Iceland. Volcanic ash from the eruption was carried away by the wind and poisoned the land and sea. Animals suddenly developed "ridges" and "growths" on their legs. Observers also noted they became "bloated" and their mouths swelled. This "pestilence" - a severe fluorine-intoxication from the ash - killed half of the Icelandic cattle population and a quarter of the sheep and horse population.

Nothing would grow on the fields and no more fish could be found in the sea. If not protected from the ash, food and water became poisonous. Jón Steingrímsson described also the strange sickness, probably caused by the element fluorine found in volcanic ash, affecting the people

Those people who did not have enough older and undiseased supplies of food to last them through these times of pestilence also suffered great pain. Ridges,growths, and bristle appeared on their rib joins, ribs, the backs of their hands, their feet, legs, and joints. Their bodies became bloated, the insides of their mouths and their gums swelled and cracked, causing excruciating pains and toothaches

In the resulting plague and famine from 1783-1784, an estimated nine thousand people -one-fifth of the population of Iceland -died.

But the Laki eruption had possibly even more widespread effects (even if at the time there were no airlines). In the months after the eruption, a strange haze covered the sky above Europe, making breathing difficult. As the ash and gases from the eruption entered the high layers of the atmosphere, they absorbed moisture and sunlight, changing the climate for years to come.

From 1783 to 1785 accounts from both Japan and America describe terrible droughts, exceptional cold winters, and disastrous floods. In Europe, the exceptionally hot summer of 1783 was followed by long and harsh winters. The resulting crop failures may have triggered one of the most famous insurrections of starving people in history, the French Revolution of 1789-1799.

It's a sobering reminder that destructive changes to the environment can have long-lasting and far-reaching impacts, even from hundreds of miles away.

Iceland and some of its volcanoes, from the "Physical Atlas" by Heinrich Berghaus (1838-48). Red . [+] dots are active volcanoes, rose are the regions covered by basaltic lava. Below an image of the famous Eyjafjallajökull. Its ash clouds, despite not causing widespread famine and pestilence, had still a great impact on our modern society.


Voir la vidéo: Premier baiser - Concours CinéFabrique 2018 (Août 2022).